Test – Mario Strikers Battle League Football : le foot à la sauce Mario

Près de 15 ans après le second opus, la franchise Mario Strikers est de retour avec un épisode inédit destiné à la Switch. Mario, Peach, Luigi et compagnie mettent-ils le balle au fond des filets ?

Impossible de faire plus sportif que Mario. En bientôt 40 ans, le plombier moustachu le plus célèbre de la sphère vidéoludique s’est probablement essayé à tous les sports possibles et imaginables. Tous les deux revient la franchise Mario et Sonic aux Jeux Olympiques, tandis que sortent régulièrement des jeux dédiés à un sport en particulier. Après le tennis, le baseball et le golf, Mario renfile les crampons et foule à nouveau les terrains de football.

Si vous connaissiez la franchise Mario Football, vous n’êtes pas sans savoir qu’elle ne ressemble à aucune autre simulation de jeu de foot. Tout simplement parce qu’il s’agit davantage d’un titre d’arcade que d’une simulation. Les Mario Football mettent aux prises deux équipes de cinq joueurs qui usent de tacles ultra violents, d’objets issus de l’univers Mario et de frappes surpuissantes pour marquer et faire des scores fleuves. Les personnages les plus emblématiques de l’univers de Mario, comme Bowser, Waluigi ou encore Peach sont de la partie, chacun avec leurs propres spécificités et n’hésitant pas à y user de toutes les ruses pour envoyer le ballon au fond des filets adverses. Cartons jaunes et rouges, hors-jeu ou penalty, il n’y a rien de tout cela dans Mario Strikers.

Tout seul ou entre amis, les matchs sont franchement très funs.

Tout au long de votre match, une ribambelle de cubes surprises de l’univers Mario seront jetés par les spectateurs sur le terrain en fonction de l’avancement du score. Vous perdez, alors le public vous balancera des cubes, voire une étoile magique ou un bonus d’Hyper Strike. Avec les objets présents dans les cubes, vous ne serez pas dépaysés : champignon, banane, bob-omb… Tous les moyens sont bons pour mettre à mal vos adversaires et renverser le match à votre faveur.

Niveau gameplay, quelques modifications sont à prévoir par rapport aux autres épisodes de la licence. Les tirs lobés ont totalement disparu de la panoplie de “coups” permise dans MSBLF, mais cela se fait au profit d’autres mouvements tout aussi sympas, comme la passe lobée, la reprise de volée ou encore une nouvelle gestion des tacles. Cela vous paraît trop confus ? Pas de soucis, un didacticiel ultra complet et très instructif vous permet de rapidement comprendre les mécaniques pour vous plonger dans le grand bain en appréhendant chacune des techniques du jeu.

Une fois en jeu, c’est un pur régal. Les matchs se déroulent à un rythme effréné, et il n’est pas rare que l’on atteigne des scores fleuves grâce aux nombreuses aides apportées par les objets. Le titre est ultra-accessible – quoiqu’un peu compliqué en mode difficile – et allie habilement le côté arcade avec une bribe de simulation. On évoquera notamment cette nouvelle jauge d’endurance qui empêche le joueur de faire des esquives ou des accélérations à tout va, et de plutôt combiner le collectif à la technique. Mais comme le fun, c’est toujours mieux à plusieurs, Mario Football nous permet de faire des parties jusqu’à 8 joueurs, chacun incarnant l’un des personnages présents sur le terrain. 

La représentation visuelle des Hyper Frappes est très réussie.

Si les matchs sont de réelles parties de plaisir, c’est en très grande partie grâce à ces fameux Hyper Strikes. Comme dans les épisodes précédents, vous avez la possibilité de faire une sorte d’attaque ultime dès lors que vous avez récupéré un orbe magique. Après avoir appuyé au bon moment dans la jauge de frappe, une très séduisante cinématique ultra-stylisée se déclenche juste avant le lancement de la frappe. Chaque personnage dispose de sa propre frappe personnelle, comme Peach qui charme les adversaires et force le gardien à faire un contre-son-camp, ou Toad qui passe par les sous-terrains avant de surprendre le gardien. Si appuyer au bon moment dans la jauge de frappe est primordial en tant qu’attaquant pour réussir sa frappe, en tant que défenseur, vous contrôlez le gardien et devez marteler la touche A pour arrêter la balle. Cerise sur le gâteau : lorsque vous marquez avec un Hyper Strike, votre but compte double. Il y a donc largement moyen de renverser la vapeur si vous perdez…

En revanche, et c’est un défaut récurrent dans la franchise, le titre reste bien trop brouillon en match et on s’y perd très vite. Les tacles s’enchaînent et provoquent rapidement la confusion et le ballon, pas toujours visible, est souvent perdu de vue. Quelques petits ajouts ont malgré tout été propoés par Nintendo pour essayer d’améliorer en visibilité, comme un losange permettant de mieux localiser le joueur contrôlé, mais cela reste trop léger. Le problème est d’autant plus que frustrant que l’IA n’est pas franchement maligne et qu’elle nous complique la tâche. Si le gardien adverse semble incroyablement infatigable et infranchissable, le nôtre s’avère bien moins irréprochable et encaisse plus facilement. Le placement automatique de nos coéquipiers est, lui aussi, problématique et ne nous facilite pas la tâche…

Il est possible de modifier l’équipement des personnages afin d’améliorer leurs stats.

Pour la toute première fois, la tactique prend un rôle très important dans la franchise Mario Football. Dans les précédents opus, vous choisissiez un capitaine et trois autres joueurs de champ génériques étaient ajoutés à votre équipe, sans personnalité ou capacité spéciale. Désormais, vous devez vous-même composer votre équipe parmi les 10 personnages proposés (c’est peu, mais nous y reviendrons), et allier habilement les habiletés de l’un et l’autre. Certains personnages sont plus à l’aise avec la Force, comme Bowser, tandis que Mario possède davantage de Technique. Si vous avez du mal avec la jauge de frappe, privilégiez par exemple cette dernière compétence.

Mais les cinq compétences des personnages (Force, Vitesse, Tir, Passe, Technique) peuvent toutes être améliorées. Grâce à des crédits que vous amasserez après un match ou une coupe remportée, vous pourrez modifier l’équipement de vos personnages pour améliorer les cinq compétences. Attention toutefois, car un casque améliorera peut-être votre Force, mais diminuera votre jauge de Vitesse.

Nous évoquions un peu plus haut que seuls dix personnages sont proposés dans Mario Strikers Battle League Football. C’est bien trop peu, d’autant qu’il n’est pas rare qu’il y ait des doublons sur le terrain, cassant légèrement le plaisir de jeu. De nombreux DLC viendront très probablement augmenter le nombre de joueurs, comme il est de coutume désormais chez Nintendo. Certains ont été annoncés comme gratuits et c’est tant mieux, mais il semble fort probable que d’autres payants arrivent par la suite. Les équipements sont peu variés, eux aussi, puisqu’il n’y a que quatre types de pièces répartis en cinq éléments.

Le problème est le même du côté des modes de jeu, avec trois petits modes proposés. Un mode jeu rapide, pour jouer en solo ou en coop locale, vient s’ajouter au mode tournoi (comportant six coupes) et à un sympathique mode en ligne appelé Club Strikers. On y crée notre club, qui peut contenir jusqu’à 20 joueurs, puis on affronte d’autres clubs sur base d’un classement et de défis hebdomadaires. On améliore notre équipe, notre stade et l’on peut personnaliser le logo ainsi que le maillot de l’équipe.

On regrettera que seuls 3 modes de jeu soient disponibles au lancement.

Enfin, et c’est plutôt surprenant pour un jeu Switch, Mario Strikers se révèle tout particulièrement stable. Rares sont les fois où nous aurons rencontré des chutes de framerate, que ce soit en docké ou en portable. Le jeu tourne constamment à 60 fps, et lors de certaines cinématiques, nous sommes descendus à 30 fps, mais sans gêne particulière. En multi, la connexion fait plutôt le travail et il n’y a pas eu ralentissement à déplorer. 

Conclusion

Mario fait son grand retour sur les terrains de foot avec Mario Strikers, un jeu d’arcade fun qui a été pensé pour animer des soirées entre amis. Les matchs se révèlent très nerveux et incroyablement amusants à jouer entre amis. Quoiqu’un peu brouillons par moment, les matchs restent une valeur sûre dans ce Mario Strikers Battle League Football, avec des tacles à foison et des Hyper Strikes extrêmement réussis. Si vous n’êtes pas amateur de foot, ne vous tracassez pas. Mario Strikers s’adresse à tous, avec notamment un didacticiel extrêmement bien conçu et ludique. Une légère composante RPG vient enfin s’ajouter au titre, avec la possibilité de modifier l’équipement de nos personnages afin d’améliorer telle ou telle capacité. S’il se révèle très séduisant pad en main, le titre peine en revanche à convaincre au niveau de son contenu, bien trop léger compte tenu du prix. Comptez seulement dix personnages pour composer votre équipe et trois modes de jeu, dont deux jouables en ligne. Le mode solo se réduit ici au strict minimum. Enfin, on regrettera que l’IA du gardien et des coéquipiers ne s’avère pas toujours très maligne et réagisse de manière anormale. Qu’à cela ne tienne, Mario Strikers reste vraiment sympa et devrait vous assurer de sympathiques soirées entre amis ou en famille.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

Mario Strikers Battle League Football

Gameplay 8.0/10
Contenu 5.0/10
Graphismes 7.0/10
Bande son 7.0/10
Finition 7.5/10
6.9

On aime :

Les matchs de football très funs

Un tutoriel complet et très didactique

Jouable en multi jusqu'à 8 joueurs

Le visuel des Hyper Strikes, impressionnant

La possibilité d'améliorer les personnages

On aime moins :

L'IA du gardien très approximative

Un contenu famélique

Des parties parfois brouillonnes