L’Europe va verser 6,8 milliards de dollars à Intel pour qu’il s’implante en Allemagne

L’objectif d’un tel investissement serait de moins dépendre des fabricants étrangers situés à Taïwan, en Chine ou aux États-Unis.

La pandémie de covid a permis à l’Europe de se rendre compte à quel point elle dépendait des pays asiatiques émergents pour son approvisionnement d’appareils électroniques. Depuis des mois dure une pénurie de microprocesseurs que ne parviennent pas à combler les fabricants et les nombreux confinements localisés obligent certaines usines chinoises à tourner à mi-régime. 

Le projet de “Silicon Junction” d’Intel, en Allemagne. Crédit : Intel.

C’est en partie pour cela que l’Union européenne veut réduire sa dépendance vis-à-vis de la Chine, de Taïwan ou encore des États-Unis et qu’elle désire encourager les entreprises à s’installer sur son sol. Selon le média Tom’s Hardware, l’Union Européenne est prête à donner 6,8 milliards d’euros à Intel pour que l’entreprise s’installe en Allemagne, à Magdebourg, à quelque 150 km au sud-ouest de Berlin.

Objectif : 20 % de la production de semi-conducteurs

Un tel investissement s’inscrit dans la loi European Chips Act, destinée à permettre à l’Europe de posséder une chaîne d’approvisionnement de semi-conducteurs à proximité directe. L’usine, appelée “Silicon Junction”, devrait ouvrir ses portes en 2027 pour un début de chantier prévu pour le premier semestre de 2023. Le coût total du projet est de 17 milliards d’euros, subsidiés à hauteur de 40 % par l’Union européenne.

Crédit : Intel.

Cette nouvelle usine engagera près de 3.000 postes permanents et plus de 7.000 emplois temporaires dans le Land Saxe-Anhalt. Comme précisé par Intel en mars, l’usine produira des puces selon le procédé “Intel 20A” datant de l’Ère Angstrom, les plus avancés à ce jour de l’entreprise américaine.

La European Chips Act est une loi très ambitieuse dont l’objectif est d’atteindre 20 % de la production mondiale de semi-conducteurs en Europe à l’horizon 2030. Pour l’instant, la production européenne ne représente “que” 9 % du total mondial, bien en deçà de l’Asie de l’Est ou des États-Unis.

D’autres investissements moins importants ont été alloués en France, en Espagne ou encore en Pologne à des plus petites usines, et ce, pour un montant total de 4,5 milliards d’euros. 

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.