Crédits : AFP

Des chercheurs ont conçu une batterie qui pourrait survivre 100 ans

Les chercheurs de Tesla ont dévoilé la conception d’une nouvelle batterie de véhicule électrique. Cette dernière pourrait avoir une durée de vie de 100 ans.

La division Tesla Advanced Battery Research, créée en 2016, s’est associée à l’université Dalhousie au Canada et à l’un des plus grands experts mondiaux de la technologie des batteries, Jeff Dahn. L’objectif de la collaboration ? Proposer une batterie à base de nickel. Et, autrement dit, offrir une longévité bien supérieure à celle des batteries actuellement utilisées dans les véhicules électriques.

Pour la petite anecdote, Jeff Dhan travaille sur les batteries Li-ion depuis leur création. On lui attribue le mérite d’avoir contribué à augmenter la durée de vie des cellules, ce qui a favorisé leur commercialisation. La nouvelle mission qu’il s’est fixée est d’augmenter l’autonomie énergétique et la durabilité des batteries, tout en réduisant leur coût.

Une nouvelle technologie de batterie

Concrètement, les nouvelles batteries développées par Dahn utilisent du nickel dans leur mélange, ce qui offre une plus grande densité. À savoir que la densité énergétique est la quantité d’énergie qui peut être stockée dans une unité de volume de combustible. Un paramètre important pour un véhicule électrique, car il détermine son autonomie. En clair, une batterie avec une densité d’énergie moindre nécessitera un bloc de batterie plus grand pour parcourir une distance donnée. À l’inverse, une batterie à densité d’énergie plus élevée occuperait moins d’espace dans la voiture tout en faisant preuve de plus d’autonomie.

“La densité énergétique volumétrique est souvent privilégiée en raison des contraintes d’espace qui sont plus exigeantes que les contraintes de poids dans de nombreuses applications”, expliquent les chercheurs.

Ces nouvelles batteries sont également plus durables que les batteries lithium-ion. Et ce, grâce à leur composition chimique unique et en fonction de la température à laquelle elles sont chargées. Par exemple, si la batterie est chargée à une température de 25 degrés Celsius en permanence, sa durée de vie pourrait dépasser 100 ans. Tout en offrant une densité de charge et d’énergie similaire à celle des cellules Lithium Ferrum (fer) Phosphate actuellement utilisées. Ce type de batterie lithium-ion recourt à des accumulateurs lithium-fer-phosphate (LiFePO4, ou LFP). En bref, cette durabilité pourrait réduire le besoin de renouvellement des batteries.

Vers une disparition du cobalt ?

Autre avantage : cette nouvelle batterie contient très peu ou pas du tout de cobalt. Et ce, grâce à un nouvel électrolyte avec le sel de lithium LiFSI. Un matériau qui devrait augmenter considérablement les performances énergétiques, la stabilité et la durée de vie des batteries. Concrètement, les chercheurs ont utilisé du nickel, du manganèse, du graphite et du cobalt à un faible voltage. À savoir, environ 3,8 V. Ils ont baptisé ces cellules NMC532.

À noter que le cobalt est un matériau rare dont l’utilisation est pointée du doigt pour des raisons éthiques. Ce métal bleu est en effet au cœur de conflits environnementaux et sociaux. Par exemple, avec le travail des enfants dans les mines en République démocratique du Congo.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.