Crédits : AFP

Facebook verse 397 dollars à 1,6 million de membres du réseau social

Plus d’1,6 million d’habitants de l’Illinois, dans l’état du Midwest aux États-Unis, vont recevoir dans les prochains jours un virement de 397 dollars, soit, 377 euros.

L’affaire remonte à 2015. Le sujet ? Une bataille juridique contre le système de reconnaissance faciale Face Recognition de Facebook par des utilisateurs. Ce logiciel se chargeait de reconnaître les visages de des amis de l’utilisateur et de lui suggérer qu’ils soient tagués sur la publication. Autrement dit, elle permettait à une intelligence artificielle de proposer le nom d’une personne et de l’identifier directement. Jusqu’ici, tout va bien. Le problème se trouve dans le fait que Facebook ne demandait pas vraiment de consentement pour collecter et analyser ces données. Le réseau social a finalement fait disparaître Face Recognition de son système en 2019. Ce qui ne promet pas que la plateforme ne réintègrera pas la reconnaissance faciale dans le futur.

Une des lois les plus strictes en matière de vie privée

La plainte, déposée en il y a sept ans, dans l’Illinois et a fini sa route devant le tribunal du district de Californie du Nord. Le texte déclarait que la fonction de marquage des photos de Facebook violait la loi sur la confidentialité des informations biométriques (BIPA) de l’Illinois, qui interdit la collecte de données biométriques identifiables sans le consentement explicite d’une personne. C’est l’une des lois les plus strictes de ce type aux États-Unis. En clair, elle oblige les entreprises à obtenir une autorisation avant d’utiliser des technologies telles que la reconnaissance faciale pour identifier les clients. À savoir que d’autres États, comme le Texas et Washington, ont aussi adopté une loi sur la confidentialité des données biométriques. Seule différence : les utilisateurs protégés ne peuvent pas intenter eux-mêmes d’action en justice.

Une longue histoire

Selon l’action en justice, l’entreprise aurait donc violé les droits des citoyens en collectant et en stockant des scans de leur visage sans leur permission. C’est ainsi que, plus d’un million de résidents de l’Illinois vont ainsi recevoir des chèques et des dépôts de 397 dollars. Et ces versements sont le fruit d’une longue quête.

En effet, le tribunal a rejeté à de nombreuses reprises les nombreuses requêtes du géant Facebook, qui espérait rejeter le procès et a même décidé de faire appel. Finalement, c’est la somme de 650 millions de dollars que Facebook a accepté de verser en guise de compensation.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.