Crédits : Recupel

En 2021, les Belges se sont débarrassés de 128.467 tonnes d’appareils électroniques

Les Belges ont apporté 128 467 tonnes d’appareils électro et de lampes l’année passée.

La masse des Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques (DEEE) grandit et son impact social et environnemental s’aggrave de plus en plus. Et ce, par manque de solutions de recyclage ou de réparation. Selon un rapport de l’ONU, en 2019, la population mondiale a généré en 2019 53,6 millions de tonnes de DEEE. C’est l’équivalent de 350 bateaux de croisière. Face à ce constat, le rapport annuel de Recupel se veut encourageant.

Pour rappel, l’asbl Recupel “organise la collecte et le traitement durable d’appareils électro(ni)ques usagés”.

De plus en plus de déchets sont rapportés à Recupel

En Belgique, en 2021, soit la deuxième année de pandémie, 128 467 tonnes d’équipements électro et de lampes hors d’usage ont été apportées et déclarées auprès de Recupel. Il s’agit d’une augmentation de 3,7 % par rapport à 2020, “qui était déjà une année record” indique Recupel.

En 2020, première année de pandémie, Recupel a collecté 123 840 tonnes d’appareils et de lampes. L’année suivante, c’est 128 467 tonnes, soit 40,9 millions d’appareils, qui ont été déposés. En guise d’illustration, cela représente une moyenne de 11,1 kg par citoyen, soit 0,3 kg de plus qu’en 2020.

Continuer sur cette lancée

En clair, “de plus en plus de Belges se rendent auprès des points de collecte Recupel” se réjouit Eric Dewaet, CEO de Recupel. Et c’est une bonne nouvelle pour l’environnement.

D’après le CEO, nous disposons toujours de plus de 50 millions d’appareils inutilisés dans nos foyers. “Si nous parvenons à les réactiver, il faudra beaucoup moins de matières premières pour fabriquer de nouveaux équipements”, espère Eric Dawaet. Il ajoute, “nous pouvons donc encore faire d’importants progrès pour l’environnement et, surtout en cette période, nous rendre moins dépendants des approvisionnements en provenance de l’étranger”.

Des téléphones portables en pagaille

Recupel classe les appareils récupérés en six catégories. À savoir le gros blanc, comme les machines à laver ou lave-vaisselles, les appareils de réfrigération-surgélation les, téléviseurs et écrans, les détecteurs de fumée, les lampes et les “autres”. C’est cette dernière catégorie qui constitue la majorité de la collecte.

En effet, sur l’ensemble des 40,9 millions d’appareils électroménagers domestiques collectés, les petits appareils électroniques, classifiés comme “autres”, représentent la plus grosse part. Il s’agit des téléphones portables, des chargeurs, des brosses à dents électriques, des sèche-cheveux, des mixeurs ou encore des outils de jardinage électriques. On parle ici de 55 118 tonnes et de 30 294 000 appareils.

“Outre l’électro domestique et les lampes, une quantité considérable d’appareils et d’installations professionnels a également été déclarée : plus précisément, 6 853 tonnes, soit près de 50 % de plus que l’année précédente”, précise le rapport. Avec les déchets électro domestiques, cela porte le total à 128 467 tonnes en 2021.

Où déposer ses déchets ?

Les recyparcs constituent le point de collecte principal pour les appareils domestiques. Ils représentent 51,5% du total, soit, 65.658 tonnes. En deuxième place : la distribution avec une part de 27,2% des objets collectés, soit, 33.073 tonnes. C’est l’endroit où les personnes peuvent laisser leur ancien appareil lorsque qu’ils en achètent un nouveau. Et enfin, en bas du podium, on r les collecteurs et recycleurs Charte avec 14,6% du total, soit, 17.776 tonnes.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.