SPF Économie.

De fausses promotions pour une campagne de prévention contre la contrefaçon sur Instagram

Huit influenceurs belges auraient piégé les utilisateurs du réseau. Ils auraient présenté à leur communauté un site de faux produits.

Dans le viseur, quatre influenceurs francophones et quatre autres néerlandophones. On retrouve dans la liste David Antoine, Daniela Prepeliuc, Vinz Kanté ou encore Timothy Mudiayi. Rappel des faits.

Objets tech, cosmétiques, composants électroniques, accessoires de mode, jouets… Durant une semaine, huit influenceurs ont présenté et vanté plusieurs produits de marque à des prix très attractifs. Mais, petit à petit, les problèmes se sont multipliés, et lundi soir dernier, c’est le drame.

Des utilisateurs piégés

Toutes ces promotions, dissimulées derrière des posts étaient en fait un piège. Un piège dans lequel tombent souvent les 15-24 ans quand ils achètent des produits contrefaits via les réseaux sociaux, rappelle l’émission On n’est pas des pigeons (RTBF). Mais, pas de panique, ces pièges faisaient partie d’une campagne de sensibilisation aux dangers de la contrefaçon menée par le SPF Economie.

Concrètement, dans la perspective de la Journée internationale des droits des consommateurs, le SPF Economie a lancé une campagne visant à sensibiliser cette tranche de la population, particulièrement active sur le net.

“Oublie, c’est du fake”

Ainsi, lorsqu’un utilisateur Instagram intéressé cliquait sur le faux lien, proposé par les influenceurs complices, il était d’abord redirigé vers un site web créé spécialement pour la campagne. Ce faux site prétendant vendre des produits à petit budget. Désormais, lorsqu’on tape l’URL du site dans la barre de recherche, ce message s’affiche :

Capture d’écran hypebrand.be

Une fois qu’ils cliquent sur le lien proposé, les curieux se retrouvent sur le site du SPF Finances. Titre de la page web : “Oublie, c’est du fake”.

D’après le SPF, n jeune sur dix âgé de 15 à 24 ans a admis avoir acheté consciemment des produits contrefaits en 2020. Ainsi, “il est important de poursuivre notre travail de sensibilisation autour des méfaits qui découlent de la contrefaçon”, insiste Pierre-Yves Dermagne, ministre de l’Économie. Et en particulier auprès des plus jeunes. Le ministre alerte, “l’achat conscient de produits contrefaits chez les 15-24 ans est en recrudescence et cela doit résonner comme un signal d’alarme ! En plus d’être un fléau pour l’économie, la contrefaçon expose souvent ses adeptes à des produits de mauvaise qualité, voire dangereux pour leur santé”.

Les dommages de la contrefaçon

En plus d’alerter sur les risques en matière de sécurité, le SPF rappelle que la contrefaçon est souvent une source de financement d’activités criminelles. À savoir, le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme, la traite d’êtres humains, etc.

Sur le marché, la contrefaçon constitue une concurrence déloyale pour les marques et “un désastre pour l’économie”. Rien en Europe, l’impact négatif de la contrefaçon est estimé à 60 milliards d’euros.

Aussi, investir dans la contrefaçon constitue un risque financier. “Acheter des objets contrefaits, c’est dépenser de l’argent pour des produits de mauvaise qualité et sans aucune garantie” pointe du doigt le SPF. De plus, l’acheteur risque de ne jamais les recevoir s’ils ne sont pas envoyés. Ou s’ils sont interceptés à la Douane.

 

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.