© Unsplash

Google accusé de collecter des données sans autorisation

Quatre procureurs généraux américains pointent du doigt les pratiques “trompeuses” de Google pour obtenir les données des utilisateurs.

Le district de Columbia et trois États ont intenté un procès à Google lundi. Ils affirment que le géant technologique a trompé les consommateurs pour avoir accès à leurs données de localisation. Et ce, alors que ces utilisateurs avaient modifié leurs paramètres de confidentialité pour empêcher la collecte de données.

Des choix non respectés

Après une enquête de trois ans, Karl A. Racine, le procureur général du district de Columbia, attaque Google en justice. Le point de départ de l’enquête est un rapport de l‘Associated Press. D’après celui-ci, Google enregistrerait les mouvements de ses utilisateurs… Alors même que la fonction de localisation serait désactivée dans les paramètres du service. Les données collectées proviennent de l’activité sur internet, de l’utilisation des applications, ainsi que des interactions Wi-Fi et Bluetooth.

“Google a faussement fait croire aux consommateurs que la modification des paramètres de leur compte et de leur appareil leur permettrait de protéger leur vie privée et de contrôler les données personnelles auxquelles l’entreprise pourrait avoir accès”, a déclaré M. Racine dans un communiqué. “La vérité est que, contrairement aux déclarations de Google, l’entreprise continue de surveiller systématiquement les clients et de tirer profit de leurs données”, alerte le procureur. La période concernée s’étendrait de 2014 à au moins 2019.

Des déclarations trompeuses

Le moteur de recherche aurait également trompé les utilisateurs et fait pression sur eux pour qu’ils activent davantage le suivi de la localisation.

Par exemple, Google affirmait que les produits ne fonctionneraient pas correctement si le paramètre des services de localisation était désactivé. Alors que, selon la plainte, ils n’étaient pas nécessaires à l’utilisation de l’application.

Les procureurs demandent également le remboursement des revenus générés par la collecte et l’utilisation des données de géolocalisation, ainsi que des amendes d’un montant non précisé.

La réponse de Google

Interrogé par l’AFP, Google a déclaré que les allégations portées par les procureurs généraux étaient fausses. “Nous allons nous défendre vigoureusement et rétablir la vérité”, a déclaré un porte-parole de Google lors de l’interview.

La société promet avoir mis en place de nombreux changements dans ses règles de confidentialité. Selon le porte-parole, ces changements permettent d’effacer automatiquement les données de géolocalisation dans le temps ou de rechercher une adresse ou un lieu sans que les données soient stockées.

Aux États-Unis, les autorités de réglementation fédérales et des États tentent de limiter le pouvoir et les pratiques commerciales des géants de la Silicon Valley comme Google, Facebook, Amazon et Apple. Elles ont d’ailleurs intenté des dizaines de procès en matière d’antitrust, de protection des consommateurs, de protection de la vie privée et de commerce. Ainsi, ces poursuites s’inscrivent dans le cadre d’une offensive croissante des autorités de réglementation.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.