Feu vert pour la 5G et un quatrième opérateur en Belgique

Le cadre juridique de la 5G vient d’être approuvé. Il laisse la place à l’arrivée d’un quatrième opérateur mobile en Belgique.

Après des mois de négociation, le gouvernement a finalement approuvé le cadre juridique de la 5G. Une vente aux enchères des fréquences de la 5G pourra donc être bientôt organisée. Le Comité de Concertation a approuvé la version corrigée des cinq projets d’arrêtés royaux qui fixent les conditions des enchères des fréquences de la 5G. L’Institut belge des services postaux et des télécommunications organisera donc une vente aux enchères durant le deuxième trimestre 2022.

Le cabinet du ministre des Télécoms De Sutter annonce que les opérateurs pourront déployer leur réseau 5G à partir de 2022. « Les citoyens et les entreprises belges pourront donc assurément disposer de la 5G en 2022 », assure Petra De Sutter, la ministre des Télécommunications. « C’est une très bonne nouvelle pour notre pays, après de nombreuses années d’impasse dans le dossier, nous réalisons enfin ce que diverses autorités attendaient de nous, notamment les organisations de consommateurs, ainsi que l’Europe et les entreprises qui souhaitent développer des applications 5G. »

Depuis le début des négociations, l’arrivée de la 5G est toujours restée en bonne voie. Il fallait cependant déterminer si les enchères des fréquences seraient ouvertes à un quatrième opérateur ou non. Le Comité a finalement répondu positivement à cette question. Il pourra donc bien y avoir un quatrième opérateur mobile en Belgique, qui viendra s’ajouter à Proximus, Orange et Telenet/Base. Ce quatrième opérateur pourra se concentrer sur des activités destinées aux professionnels, aux particuliers, ou aux deux. Parmi les intéressés par cette quatrième place, on trouve notamment la société brugeoise Citymesh.

Il faut maintenant attendre la publication des arrêtés royaux au Moniteur belge. Après quoi, les enchères pourront être menées. Les licences seront ensuite attribuées pour 20 ans.