La crise des semi-conducteurs pourrait se poursuivre jusqu’en 2023

Pour le PDG d’Intel, nous traversons actuellement le pire moment de la crise. Il faudra, selon lui, renforcer les lignes de production des entreprises pour sortir de cette situation.

Depuis des mois, la pénurie de semi-conducteurs génère de grandes difficultés dans le monde informatique. L’augmentation du télétravail et de la demande pour du matériel informatique durant la crise du Covid, les contraintes sanitaires et la guerre économique entre les États-Unis ont conduit à une importante pénurie de semi-conducteurs, provoquant une incapacité pour les entreprises technologiques de mettre la main sur des composants indispensables.

Ces dernières semaines, Pat Gelsinger, le PDG d’Intel, exprime des inquiétudes vis-à-vis de la pénurie de puces informatiques. Lors du dernier rapport trimestriel, Intel a présenté des résultats inférieurs aux attentes avec une baisse de 2 %. L’entreprise attendait 18,24 milliards de dollars de chiffre d’affaires, elle n’a atteint que 18,1 milliards.

« Nous traversons actuellement le pire moment »

Durant cette présentation, le PDG s’est montré assez pessimiste. Il a indiqué que la demande de PC était toujours aussi forte et que la situation ne reviendrait pas à la normale avant 2023 : « Nous traversons actuellement le pire moment. Durant chaque trimestre de l’année prochaine, nous verrons des améliorations progressives, mais nous ne trouverons pas d’équilibre entre l’offre et la demande avant 2023 ».

Le PDG a ajouté qu’il pensait que l’augmentation des ventes de PC allait se poursuivre après la crise sanitaire. « Nous pensons que le secteur des PC est maintenant structurellement plus important, un business à un million d’unités par jour ».

Pat Gelsinger se range ainsi aux côtés d’autres dirigeants tels que Nvidia et TSMC. Ces derniers estiment que la pénurie se poursuivra l’année prochaine. Le PDG d’Intel indique que pour mettre un terme à cette pénurie, il faudra renforcer les lignes de production des entreprises. Lisa Su, la PDG d’AMD, est également du même avis : « Cela va s’améliorer l’année prochaine. Pas immédiatement, mais ça s’améliorera progressivement à mesure que de nouvelles usines seront mises en place. » Si la pénurie ne semble donc pas prête de s’arrêter, on peut cependant commencer à voir la lumière au bout du tunnel.