Edge va intégrer un correcteur orthographique

Microsoft Editor va fonctionner avec le navigateur Edge sans avoir à installer d’extension.

Si au départ ils étaient simplement utilisés pour accéder à des pages internet, les navigateurs sont désormais bien plus que cela. Leurs nombreux outils intégrés et les plugins disponibles sur internet les ont transformés en véritables couteaux suisses. Grâce aux outils de traduction automatique ou encore d’annotation, ils font désormais partie intégrante de l’écosystème de travail d’un grand nombre de personnes à travers le monde.

Afin de continuer dans cette lancée, Microsoft a annoncé que le navigateur Edge intègrerait désormais nativement un outil de vérification de l’orthographe, de la grammaire et du style. Les erreurs seront détectées dans tous les champs textuels.

Des suggestions de correction seront proposées par Microsoft Edge.

Les utilisateurs verront des lignes rouges ondulées pour les fautes d’orthographe et des lignes bleues ondulées pour les suggestions de grammaire. Il suffira ensuite de cliquer sur ces lignes pour obtenir des suggestions, que les utilisateurs peuvent décider d’ignorer ou d’accepter. Cet outil évite aux utilisateurs de devoir copier-coller ce qu’ils ont écrit dans un logiciel de traitement de texte avant de devoir le réintégrer à leur navigateur, des étapes à la fois redondantes et chronophages.

Cette nouveauté n’en est cependant pas totalement une. En effet, les utilisateurs avancés de Microsoft Edge utilisent depuis longtemps le module complémentaire « Microsoft Editor ». Ce dernier aide les utilisateurs en leur faisant des suggestions de correction orthographique, de grammaire ou de style. D’autres solutions externes existent également comme l’extension pour navigateur « Grammarly ». L’intégration native de cet outil dans le navigateur permettra cependant de donner facilement l’accès à la correction orthographique aux moins technophiles. Cela évitera également aux utilisateurs de devoir réinstaller le plugin chaque fois qu’ils changent d’ordinateur.

La fonctionnalité est actuellement en cours de test aux États-Unis auprès des utilisateurs anglophones de Windows. Elle devrait prochainement être étendue à tous les utilisateurs.