Des chercheurs créent une peau artificielle qui se fond dans le décor

Des chercheurs sud-coréens ont mis au point une peau artificielle, capable de se confondre avec l’environnement qui l’entoure en changeant de couleur.

C’est une grande innovation qui a été mise au point par des chercheurs de l’Université nationale de Séoul et dont ils ont fait part dans la revue Nature Communications : cette peau extra-fine (elle fait moins de cent micromètres d’épaisseur) est constituée d’une encre à cristaux liquides thermochromiques qui a pour réaction un changement de couleur en fonction de la température. Elle est dirigée par des nanofils d’argent chauffants flexibles empilés verticalement.

Afin de présenter leur projet, les experts ont placé cette peau sur des robots caméléons et ont observé son changement de teinte en fonction des couleurs du décor. Cette transformation est possible grâce à des capteurs.

Le Docteur Ko Seung-hwan, qui est à la tête de cette étude, explique : « Les données relatives aux couleurs détectées par les capteurs sont transférées à un microprocesseur, puis à des éléments chauffants en nanofils d’argent. Lorsque ces derniers atteignent une certaine température, la couche de cristaux liquides thermochromiques change de teinte. »

Pour l’instant, l’expérience est encore limitée car elle n’est totalement efficace que si la température se situe entre 25,5°C et 36°C.

Utilisations pratiques de cette technologie

Cette innovation pourrait être utilisée dans différents contextes. La principale projection concerne l’armée. En effet, cette peau artificielle permettrait aux soldats de se camoufler, quel que soit le lieu dans lequel ils se trouvent. « Avec des uniformes de camouflage classique, vous pouvez être facilement exposés lorsque vous passez d’un environnement forestier à un environnement désertique. Notre technologie permet un changement actif des couleurs et des motifs », ajoute Seung-hwan.

Dans d’autres cas, elle pourrait servir dans certains domaines comme l’art, l’architecture, l’automobile, la mode, etc. Les chercheurs précisent qu’elle « pourrait être appliquée sur des véhicules ou des bâtiments à des fins esthétiques, servir de base aux futures technologies d’affichage et également être utilisée dans le milieu de la haute couture ».