Gabi, un bracelet qui pourrait tout changer pour le suivi médical des enfants

Gabi. C’est le nom d’un nouveau bracelet connecté pour les enfants, inventé par la start-up belge Gabi SmartCare. 

Le bracelet Gabi s’adresse à des enfants de 2 à 10 ans sortis d’hospitalisation ou sujets à des pathologies cardiaques ou respiratoires. “Dans le secteur pédiatrique, quand on sort de l’hôpital il y a très peu d’encadrement” regrette Jonathan, fondateur de la start-up. Il décrit Gabi comme une “solution digitale innovante centrée sur le patient” et espère bientôt proposer son bracelet aux professionnels de santé, aux chercheurs et aux familles.

Un suivi post-hospitalisation

L’idée est née de plusieurs constats : la peur des parents de passer à côté de symptômes importants chez leur(s) enfant(s), le manque de support médical à domicile et la volonté d’assurer une continuité des soins en rentrant à la maison après une hospitalisation. D’après la start-up, jusqu’à 38% des enfants visitent les urgences chaque année. Pouvoir suivre les enfants à la suite d’une expérience hospitalière représente donc “un véritable défi et une nécessité”. 

Une surveillance en temps réel

“Le but est d’avoir une fiabilité similaire à ce que proposent aujourd’hui les appareils avec fil” explique le docteur Delvaux, pédiatre au CHU de Carleroi et collaborateur de Gabi SmarCare depuis trois ans. Placé au niveau de l’épaule et grâce à des capteurs PPG (les mêmes que ceux des pinces disposées au bout des doigts du patient lors d’une hospitalisation), le bracelet suivra la fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire, la température et la saturation en oxygène de l’enfant. L’originalité de ce dispositif de surveillance est qu’il est connecté et sans fil. Toutes les données sont collectées à distance et partagées entre la maison et le pédiatre. Cette surveillance en continu permettra d’adapter le traitement du patient en temps réel, “un peu comme si le médecin avait un suivi en temps réel de l’état de santé de l’enfant” se réjouit le fondateur. Pour le docteur Delvaux, ce bracelet est l’archétype de la médecine du futur. “Il n’existe rien de similaire dans le secteur pédiatrique.”

Un cloud pédiatrique

La solution ne se limite pas au bracelet. Les données collectées sont ensuite transmises à une plateforme, un “cloud”, mis à disposition du professionnel de santé. Les parents auront aussi accès à un suivi médical de leur enfant. Une application disponible sur  smartphone leur permettra de se connecter au bracelet, mais l’interface ne sera pas aussi détaillée que celle du médecin. “Seul le pédiatre possède les compétences nécessaires pour interpréter correctement l’ensemble des données et un diagnostic médical reste nécessaire” insiste le fondateur. Le bracelet ne sera disponible uniquement via la prescription d’un pédiatre.

Un appareil médical plutôt qu’un gadget 

Jonathan Baut insiste, Gabi n’a “rien à voir” avec les montres connectées comme l’Apple Watch. Les objectifs ne sont pas les mêmes et ceux de Gabi sont « strictement médicaux ». Le fondateur vise la certification et la prescription de l’Inami pour assurer aux patients un remboursement et pour pouvoir présenter Gabi comme un bracelet “crédible médicalement”. La certification médicale devra être octroyée par un organisme notifié indépendant en lien avec les autorités nationales (AFMPS).  “Ce n’est pas un appareil grand public.”

Pour le moment, les études sont toujours en cours au CHU de Charleroi. Le bracelet est actuellement testé sur 50 patients, en parallèle à un appareil classique avec fil. Les données collectées par Gabi et les appareils traditionnels seront ensuite analysées et comparées.

Par Anaëlle Lucina