Un certificat de vaccination falsifié peut se vendre jusqu’à 350€ sur Internet. 

Selon une enquête de l’entreprise de cybersécurité Check Point Research, la recherche de faux certificats et faux tests négatifs a augmenté de près de 5000% en France suite à la déclaration du président. Sur Telegram, les groupes qui proposent l’acquisition d’un certificat de vaccination falsifié se multiplient. En moins de 30 minutes top chrono, après paiement, l’acheteur peut posséder un faux document.

“Les cybercriminels tentent de profiter de la situation et proposent leur aide pour contourner les règles, notamment sur Telegram”, explique Xavier Duros, CTO de Check Point Research. “L’intérêt suscité entraîne une spirale dangereuse, car plus les pirates parviennent à augmenter leur rémunération grâce à ces activités, plus ils essaient d’améliorer leurs méthodes et d’augmenter encore leurs profits. Il est donc nécessaire d’unifier les règles pour rendre tout effort de contournement aussi difficile que possible.

Certains groupes comptent déjà plusieurs dizaines de milliers de membres, tant sur Telegram que Facebook.

Des autorités démunies

Pour seulement 75€, n’importe qui peut faire l’acquisition d’un faux certificat ou d’un test covid négatif et ainsi le présenter aux autorités en cas de contrôle. Des autorités qui sont bien souvent dans l’incapacité de différencier un vrai test d’un faux. Chaque laboratoire proposant un type de formulaire différent, il est très facile pour un fraudeur de créer un faux test PCR négatif. 

Pour ce qui est des certificats de vaccination, la donne est en revanche bien différente. Tous les certificats délivrés en Europe disposent d’un QR code contenant les infos précises du lieu de vaccination et du vaccin utilisé. Les enquêteurs n’ont alors aucune difficulté à discerner un certificat officiel d’une falsification, notamment grâce à ce QR code. Evidemment, il existe toujours des pirates sans remords qui vendent ces faux certificats à prix d’or et en modifient juste quelques informations pour faire croire à l’acheteur qu’il détient un vrai “faux certificat”. 

Captures d’écran de Telegram présentant des groupes au sein desquels on peut “acheter” un faux test négatif.

Pour contrer ce fléau, les autorités comptent sur la responsabilité citoyenne mais aussi des sanctions très lourdes. Les gens doivent bien comprendre le risque de présenter un faux test ou un faux certificat de vaccination. 

Les sanctions diffèrent selon le pays.  La France est la plus sévère en la matière, avec une amende de 10.000€ et une peine pouvant aller jusqu’à 6 mois d’emprisonnement. A cela s’ajoute un autre chef d’inculpation qu’est le faux et usage de faux. Si vous donnez vos informations au falsificateur pour qu’il les écrive sur le document, vous “participez” à sa création. Pour cela, vous risquerez entre 3 et 5 ans de prison supplémentaires ainsi qu’une seconde amende allant de 45.000€ à 75.000€. 

En Belgique, la sanction est un peu plus légère. Pour les faits de faux et d’usage du faux, une personne peut recevoir une peine d’emprisonnement allant d’1 mois à 5 ans de prison ainsi qu’une amende allant de 26 à 2.000€.