L’objectif de l’administration Biden est de lutter plus efficacement contre les cyberattaques qui déstabilisent les infrastructures et les entreprises américaines.

En 2020, les ransomwares ont permis aux cybercriminels d’extorquer plus de 350 millions de dollars aux administrations publiques et entreprises visées par ces attaques, selon le département d’État américain. Des pertes énormes pour les victimes qui se sont retrouvées totalement déstabilisées après avoir payé leur rançon. L’augmentation du nombre d’attaques au ransomware visant les infrastructures et entreprises américaines a poussé le gouvernement de Joe Biden à prendre des mesures.

Chaque semaine, plusieurs agences américaines actives dans la lutte contre les cyberattaques vont en effet rendre des recommandations au président américain, afin de prendre des mesures défensives et offensives contre les groupes de hackers particulièrement actifs et dangereux qui travaillent pour des gouvernements étrangers.

En parallèle de cela, l’administration Biden a décidé de mettre en place un système de primes, afin d’inciter les hackers à partager des informations utiles concernant les plans et l’identité de leurs confrères. En fonction des informations données, la prime offerte pourra aller jusqu’à 10 millions de dollars (8,4 millions d’euros).

Ce système de prime vise avant tout à contrer les attaques ciblant des entreprises, des hôpitaux, des écoles et des gouvernements locaux américains qui ont été commanditées par des gouvernements étrangers. Les États-Unis ont récemment fait l’objet de plusieurs cyberattaques orchestrées par des hackers travaillant pour des gouvernements étrangers.

Si le plan du gouvernement américain parait plutôt bon, à la fois simple et logique, les observateurs craignent que le système de primes entraine des effets pervers. On peut en effet s’attendre à ce que des dénonciations infondées soient faites, compliquant ainsi le travail des agences de lutte contre les cyberattaques. D’autres s’inquiètent également que les criminels eux-mêmes se servent de ce programme pour se dénoncer entre eux, afin de se débarrasser de leurs concurrents, créant ainsi une guerre entre hackers.