Pour célébrer comme il se doit le trente-cinquième anniversaire de sa franchise Ghosts ‘n Goblins, Capcom nous livre un revival de la série. 

Laissée à l’abandon depuis des années, la série des Ghosts ‘n Goblins était probablement l’une des franchises de Capcom les plus emblématiques de l’ère des consoles 16 bits. La série avait bien tenté de se remettre au goût du jour en passant à la 3D avec les deux épisodes de la série spin-off Maximo, sur PS2, mais le succès mitigé du second volet avait fini par enterrer toute chance de voir revenir la franchise un jour sur nos consoles.

Pour la première fois dans l’histoire de la série, il est possible de jouer à deux en coop.

Surfant sur la vague du rétrogaming, Capcom a toutefois surpris les fans en annonçant la sortie d’un nouvel épisode baptisé Resurrection, qui sortirait en exclu temporaire sur Switch avant d’être porté sur PC, PS4 et Xbox One. L’éditeur a fait le pari pourtant très risqué de ne pas adapter son jeu aux nouvelles audiences en nous livrant un titre fidèle à l’extrême à l’esprit de la série. Tout dans Resurrection trahit le lien de parenté aux premiers volets de la série : l’humour caractéristique, la direction artistique cartoonesque, la difficulté excessive jusqu’à l’ambiance des niveaux. Et c’est justement de ce point de vue là que les fans de la franchise reconnaitront ce Resurrection comme une franche réussite.

Le jeu de Capcom reprend à l’identique la formule de ses ancêtres, tout en introduisant quelques petites nouveautés pour le rendre plus accessible pour les nouveaux venus. Resurrection est un Ghosts ‘n Goblins old-school à la difficulté terriblement frustrante, qui intègre toutefois un mode facile, offrant un nombre illimité d’essais pour les débutants.

Resurrection est d’une fidélité déroutante à l’épisode original.

On ne va pas vous le cacher si vous comptez vous y attaquer en mode “difficile”, Resurrection peut se révéler très frustrant. Le titre de Capcom reprend la formule de l’original et la modernise à la perfection en mélangeant séquences de plates-formes, de combat et affrontements de boss à travers un cocktail explosif. C’est du Super Mario sous amphétamines, avec des hordes de zombies qui vous foncent dessus, de gigantesques dragons qui s’abattent sur vous et des boss titanesques qui vous écraseront sans sourciller. Finir un niveau avec une seule vie tiendra presque du miracle. Il faudra non seulement maîtriser la prise en main très rigide – d’époque – du jeu mais aussi les patterns particuliers des ennemis et surtout des boss.

Bien que beaucoup d’eau ait coulé sous les ponts depuis la sortie du premier Ghosts ‘n Goblins, la formule reste toujours aussi plaisante. Les décors sont certes relativement linéaires et on lui reprochera clairement quelques passages moins réussis, mais dans l’ensemble, difficile de s’ennuyer dans Resurrection. Maîtriser parfaitement chaque niveau demandera jusqu’à plusieurs dizaines d’essai. Alors certes, on a droit à plusieurs essais – en réalité, à plusieurs erreurs, votre personnage perdant progressivement différents éléments de son armure, à chaque fiasco -, et oui, il est possible de récupérer une armure en cours de partie, si vous avez de la chance dans le loot, mais globalement, maîtriser à la perfection les commandes représente un sacré défi. Car Arthur, le pantin désarticulé que vous incarnez, n’est pas forcément très évident à déplacer. Les contrôles restent extrêmement rigides et les sauts manquent cruellement de précision. Ceci étant dit, cela contribue au charme rétro du jeu.

Certains ennemis sont gigantesques.

Tout l’intérêt de Ghost ‘n Goblins repose sur ce curieux mélange de plates-formes et d’action. Arthur peut combattre au corps à corps et à distance en envoyant des lances à la figure de ses ennemis, ou toute sorte d’autres armes qu’il récupérera au cours de l’aventure. Il peut également utiliser des sorts de toutes sortes que le joueur pourra débloquer dans un arbre de compétences au cours de l’aventure. Ca reste un peu clunky, mais dans l’ensemble les combats sont intenses et l’aventure vraiment palpitante.

L’originalité de cet épisode, c’est bien entendu l’ajout d’un mode coopératif dans lequel le second joueur incarnera le spectre de son choix. Trois fantômes sont à la disposition du second joueur. Chacun dispose de ses propres compétences. On ne va pas vous mentir : le joueur qui incarne Arthur prendra davantage son pied que le second jouer, mais l’expérience coop n’en reste pas moins un joli ajout par rapport à l’original.

Globalement, Ghosts ‘n Goblins est donc plutôt une belle réussite. Le jeu de Capcom est extrêmement fidèle au matériau d’origine, de sa réalisation à sa prise en main en passant par sa difficulté, son humour ou sa bande son, composée de titres réorchestrés. Esthétiquement, le jeu est très joli. Le moteur graphique utilisé fait des merveilles en modernisant un style graphique résolument vintage. C’est à la fois très simple et délicieusement sophistiqué. Clairement, il ne faut pas s’attendre à une claque graphique, mais le jeu s’inscrit brillamment dans la continuité de ses ancêtres. On notera d’ailleurs que certains pans du jeu, comme l’animation, ont volontairement gardé un style très rétro pour satisfaire les fans. Seul réel reproche que l’on fera à ce Resurrection : côté contenu, cela reste un peu léger. En mode facile, avec le nombre de vies illimité, on en fait le tour en moins de 2 petites heures. Même ceux qui opteront pour le mode Difficile regretteront qu’il n’y ait pas un ou deux niveaux de plus. Ceci étant dit, la rejouabilité est plutôt bonne. A 29,99€, l’addition n’en reste pas moins un peu salée pour un revival pourtant séduisant.

Conclusion

Avec Ghosts ‘n Goblins Resurrection, Capcom livre un vibrant hommage à l’une de ses séries les plus cultes. Curieux mélange de jeu de plates-formes et d’action, Ghosts ‘n Goblins était en son temps une sorte de Mario survitaminé. La formule n’a pas changé avec Resurrection, un épisode inédit qui se révèle d’une grande fidélité au matériau de base. Dans la peau de Sir Arthur, le joueur devra affronter des hordes de morts-vivants, des dragons titanesques et diverses autres monstruosités pour sauver sa tendre dulcinée. Comme dans l’épisode original, le moindre faux pas est sanctionné par un joli Game Over. La difficulté frustrante du jeu reste l’un de ses plus beaux atouts pour les passionnés de rétrogaming. Ceci étant dit, Capcom a également pensé aux petits nouveaux avec un mode facile qui offre un nombre illimité de vies. Resurrection introduit également un mode coop fort sympathique. Tout en gardant l’esprit de ses ancêtres, ce nouvel épisode parvient à moderniser brillamment une formule d’il y a 35 ans. De sa bande son réorchestrée à sa réalisation graphique splendide, Ghosts ‘n Goblins Resurrection se positionne comme un vibrant hommage à la série culte de Capcom. Si le jeu est très plaisant à parcourir, on lui reprochera toutefois une durée de vie un peu légère, même au vu de son prix très attractif (29,99€). 

Ghosts 'n Goblins Resurrection

7.4

Gameplay

7.5/10

Contenu

6.5/10

Graphismes

7.0/10

Bande son

8.0/10

Finition

8.0/10

Les + :

  • Fidèle à l'esprit de la série
  • Une réalisation solide, teintée de nostalgie
  • La difficulté qui s'adapte parfaitement au joueur
  • Le nouveau mode coop
  • La bande son

Les - :

  • Un contenu assez léger, au vu du prix (29,99€)
  • Des contrôles encore trop rigides
  • Certains passages moins réussis