WhatsApp ne limitera pas les fonctionnalités pour ceux qui n’ont pas accepté sa politique

Le nouveau règlement d’utilisation de WhatsApp est entré en vigueur le 15 mai dernier.

L’application de messagerie vient à nouveau de retourner sa veste concernant les sanctions prévues pour ceux qui n’accepteraient pas sa nouvelle politique de confidentialité. WhatsApp ne limitera finalement pas les fonctionnalités de son app pour ces utilisateurs ou en tout cas, pas pour le moment.

À l’origine, WhatsApp prévoyait de supprimer le compte de ceux qui n’accepteraient pas sa nouvelle politique de confidentialité. Une menace qui avait été vivement critiquée par les utilisateurs dont un bon nombre d’entre eux avait décidé d’abandonner l’app au profit de Signal. Face aux critiques, WhatsApp avait repoussé l’entrée en vigueur de son nouveau règlement jusqu’au 15 mai. Après quoi, toujours très critiquée, l’application de messagerie avait revu sa stratégie et indiqué que les comptes des utilisateurs ne seraient finalement pas supprimés. En revanche, ils auraient dû faire une croix sur plusieurs fonctionnalités à mesure que le temps passait. De quoi pousser les irréductibles utilisateurs opposés à la nouvelle politique de WhatsApp à céder à la pression ou d’abandonner le navire.

« Compte tenu des discussions récentes avec diverses autorités et experts en protection de la vie privée, nous tenons à préciser que nous ne prévoyons actuellement pas de limiter les fonctionnalités de WhatsApp pour ceux qui n’auraient pas encore accepté la mise à jour », a indiqué la société américaine dans un communiqué récupéré par The Next Web. Une déclaration qui intervient peu de temps après que plusieurs autorités ont décidé de s’intéresser de près aux agissements de WhatsApp.

L’Italie et l’Allemagne ont en effet accusé l’application de messagerie de violer le règlement général de protection des données européen. L’absence d’alternative à l’acceptation des nouvelles règles de WhatsApp est évidemment pointée du doigt.

WhatsApp se contentera au final de « rappeler de temps en temps aux utilisateurs d’accepter la mise à jour ». Ce changement de position est évidemment une bonne chose pour les utilisateurs, mais un énième retournement de veste de la part de WhatsApp n’est pas à exclure. Au cours des prochains mois, l’application de messagerie pourrait à nouveau menacer ses utilisateurs pour qu’ils acceptent sa politique.