Pour son plan de relance, l’Union européenne veut accélérer l’innovation technologique et durable transfrontalière.

La Commission européenne veut implémenter des outils pour faciliter les initiatives de collaboration transfrontalière dans des domaines technologiques tels que l’hydrogène, les transports durables, des couloirs 5G et la blockchain. Ces informations ont été rapportées par Bloomberg et proviennent d’un document détaillant la stratégie industrielle de l’UE. Dans le cadre du plan de relance de l’UE, les pays sont incités à joindre leurs forces dans la création de projets communs.

Pour rappel, le plan de relance européen a été pensé pour relancer l’économie européenne face à la crise engendrée par la pandémie du Covid-19. L’UE va injecter 750 milliards d’euros dans l’économie des États membres.

Les pays devront définir des projets adaptés à leurs propres enjeux nationaux, mais qui remplissent un cahier des charges contenant certains critères. Les deux aspects les plus importants du plan de relance sont la transition écologique et le développement numérique. Le but est in fine de devenir compétitif dans ces domaines-là en boostant l’innovation, tant politique que technique. L’UE espère ainsi réduire sa dépendance à l’importation de matériel.

Avec le plan de relance, l’UE compte faire d’une pierre deux coups et stimuler l’investissement privé. Pour cela, des règles de concurrence vont être renforcées dans les pays pour que les financements publics ne viennent pas remplacer le privé. De plus, l’UE veut pousser les pays à établir des projets efficaces transfrontaliers. L’Espagne et le Portugal vont par exemple collaborer dans le déploiement du réseau 5G.

Des gros projets transfrontaliers dans les domaines de la technologie et de l’énergie renouvelable seront également plus faciles à mettre en place. Selon Bloomberg, un projet de production de batteries électriques regroupant plus d’une douzaine de pays va être collectivement financé pour collaborer efficacement avec des entreprises du secteur comme Tesla ou BMW.

La stratégie pour une Europe durable prévoit également un plan de renouvellement stratégique pour une finance durable, se pourrait-il qu’on y voie apparaitre des projets de blockchain ? L’UE veut également renforcer sa taxe carbone sur certaines importations, revoir son système d’échanges de contrats carbone et stimuler l’emploi d’énergies renouvelables par les entreprises.

Les fonds n’ont toutefois pas encore été débloqués, car cela demande l’élaboration de plans nationaux pour tous les États membres, processus démocratique qui peut coincer dans certains pays. En attendant, l’UE perfectionne son plan d’attaque.