17 ans après sa sortie, un des plus célèbres jeux de stratégie au tour par tour fait son comeback, dans une version rajeunie.

En plus de 20 ans, la franchise Total War a développé de nombreux pans de notre histoire. De la bataille de Troie aux guerres napoléoniennes en passant par l’invasion mongole, presque tous les grands événements ont été ratissés par les développeurs de Creative Assembly. Ils n’ont toutefois toujours produit que des nouveaux opus, sans jamais s’essayer à la mode du remaster. C’est désormais chose faite, avec un des plus anciens épisodes de la franchise : Rome.

Évidemment, le jeu de stratégie au tour par tour de l’époque romaine a pris des rides 17 ans plus tard. Que ce soit ses mécaniques, son aspect visuel ou encore son interface, Total War: Rome méritait un bon coup de “polish”, lui qui était tellement apprécié par la critique et les joueurs à sa sortie. Ce remaster en profite donc pour faire du neuf avec de l’ancien. Si cette affirmation peut, dans certains cas, s’avérer péjorative, elle démontre ici tout le talent des développeurs de Creative Assembly à fournir d’excellents jeux. Le titre n’a pas perdu de sa superbe et se veut plus génial que jamais, malgré quelques légères imperfections.

Si vous n’avez jamais mis la main sur le titre original, le pitch du mode campagne est on ne peut plus simple et s’inspire directement de faits réels. Le jeu vous place directement en 270 avant Jésus-Christ, durant la République romaine. Vous pouvez choisir une des trois grandes maisons de Rome, à savoir les Julii, les Scipii et les Brutii, et devrez gagner les faveurs du sénat en conquérant puis en régnant sur un immense empire. Vous devrez alors vous mesurer à plusieurs clans plus ou moins redoutables, parmi lesquels les Gaulois, les Grecs ou les Carthaginois.

Ce remaster bénéficie de quelques fonctionnalités héritées des opus les plus récents.

Vous allez alors devoir faire preuve de combativité, mais également de stratégie dans un titre qui la place au cœur même de son système de jeu. Les affrontements sur le champ de bataille restent une valeur sûre pour la franchise, qui a toujours pris soin de peaufiner cet aspect du jeu jusque dans les moindres détails. On prend un malin plaisir à contrôler plusieurs centaines d’hommes prêts à sacrifier leur vie pour la gloire de Rome.

La politique n’a jamais été chose facile, et il est plaisant de voir que Total War Rome n’a pas perdu de son aura en matière de diplomatie. Il est toujours aussi difficile de trouver un compromis avec vos interlocuteurs, tandis que les voir s’agenouiller sous la menace de votre puissance est tout simplement jouissif. En outre, on reste sur les mêmes bases que le titre originel, si ce n’est l’interface qui a quelque peu été modernisée.

L’interface bénéficie pour sa part d’une jolie révision non négligeable compte tenu d’où on venait. Rome : Total War disposait d’une interface qui a fait son temps, aujourd’hui très vieillotte et peu pratique. C’est donc tout à fait normal que les développeurs aient décidé de la retravailler. Certes, elle a été profondément revue et est désormais bien plus fonctionnelle et pratique. Cependant, on regrettera que les développeurs n’aient pas poussé l’onglet modernisation un peu plus loin avec une interface qui collerait vraiment aux besoins actuels et qui n’amènerait pas à se demander où tel ou tel élément se situe.

De leur côté, les mécaniques de jeu ont elles aussi relativement vieilli. Le déplacement des unités est assez lourd et peu intuitif, à l’instar d’un pathfinding d’une autre époque. Des éléments de jeu auxquels les développeurs n’ont pas touché, estimant peut-être qu’il y avait d’autres pans plus importants du titre à retravailler.

On notera toutefois quelques nouveautés fort plaisantes en matière de gameplay, parfois héritées des opus les plus récents de la série. Ainsi, on retrouve une carte tactique de la map de campagne lorsque l’on dézoome au maximum. Un chouette ajout qui permet d’obtenir un aperçu plus complet et détaillé des forces en présence en Europe, en Asie et en Afrique. De plus, les développeurs de Creative Assembly ont introduit un nouvel agent venant agrandir le champ des possibilités en matière de diplomatie : le marchand. Ceux-ci peuvent tisser des relations commerciales, accéder à des ressources ou racheter la part de vos rivaux et ainsi accroître vos revenus et asseoir le pouvoir économique de votre faction.

Les batailles n’ont absolument pas perdu de leur superbe, si ce n’est des animations vieillissantes.

On peut en revanche regretter que les développeurs se soient contentés du strict minimum avec ce remaster en matière de contenu. Si l’on retrouve avec plaisir les deux extensions Alexander et Barbarian Invasion, on aurait apprécié voir débarquer plus de possibilités de batailles, voire une campagne supplémentaire. Ce n’est malheureusement pas le cas ici, même si l’on appréciera avoir la possibilité de diriger quelques-unes des 38 factions jouables. L’absence de nouveau contenu aurait pu porter préjudice au jeu, il n’en est toutefois rien. La modernisation du soft et sa durée de vie gigantesque suffisent à nous consoler et à nous faire passer des centaines d’heures sur un titre qui le mérite grandement.

Lorsque l’on parle de remaster, on s’attend automatiquement à ce qu’un titre relativement ancien soit remis au goût du jour avec les technologies actuelles. C’est exactement ce qu’a fait Creative Assembly avec Rome en nous proposant un titre qui aurait très bien pu être sorti il y a 5 ou 6 ans. En effet, si l’on regrette que les animations aient mal vieilli, le titre a tout de même eu droit à un joli lifting. La modélisation des unités a été revue et affinée tandis que l’ensemble de leurs textures sont désormais plus lisses et de bien meilleure résolution. Il ne faut pas s’attendre à une claque, mais le résultat est au moins convaincant.

La carte de campagne a elle aussi été remise au goût du jour et est toujours aussi réussie. Si elle plaisait déjà à l’époque et tranchait radicalement avec celle proposée dans le premier titre estampillé Medieval, la carte remastérisée est désormais de très bonne facture et affiche de très jolies textures et couleurs.

La mise à jour visuelle est de taille compte tenu de l’aspect originel du titre.

L’un des grands pas en avant de cette remasterisation est indéniablement l’arrivée du support de la 4K. Le titre se veut plus propre que jamais et peut fièrement être comparé à des épisodes plus récents tels que Shogun 2 ou Rome 2. Certes, on n’atteint le niveau établi par les dernières productions de la franchise, mais c’est clairement une jolie restauration à laquelle nous avons affaire. Outre la 4K, Rome Remastered supporte désormais les écrans ultra-larges, bien loin de l’affichage en 4/3 proposé à l’époque.

Côté bande-son, on assiste ici à une pure merveille. Rien n’a bougé depuis le titre original, et c’est tant mieux. Toutes les mélodies sont savamment composées et retranscrivent parfaitement l’univers de la Rome antique. On est transporté lors de chaque partie tandis que les affrontements sur le champ de bataille gagnent en splendeur. De plus, les doublages sont toujours aussi réussis, même 17 ans plus tard. La douce voix – quoiqu’un peu éreintante à force – de la conseillère nous accompagne tout au long des parties. On regrettera en revanche que certains chefs de clan IA aient parfois une voix hasardeuse, loin du physique qui leur est attribué.

Conclusion

Avec ce remaster de Total War: Rome, Creative Assembly nous prouve que c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes. 17 ans après sa sortie, le titre reste une valeur sûre malgré quelques aspects qui ont tout de même vieilli. C’est le cas par exemple de l’interface qui, malgré sa modernisation, reste d’un autre temps et pas très pratique. Le constat est malheureusement le même pour certaines mécaniques de jeu, comme le déplacement d’unités sur le champ de bataille. Le plaisir de jeu reste cependant intact malgré ces quelques défauts, et les batailles n’ont en rien perdu de leur superbe. Terriblement chronophage, Total War: Rome Remastered est un jeu de stratégie riche, qui brille à travers sa campagne longue et passionnante. Si on apprécie les quelques nouvelles fonctionnalités héritées des nouveaux épisodes, on regrettera que le titre n’apporte pas de contenu supplémentaire, si ce n’est les DLC du jeu de base. Esthétiquement le jeu a également subi un petit lifting, qui a le mérite de le rendre au moins agréable à la vue. Reste que, de par sa nature, Total War : Rome Remastered s’adresse avant tout aux fans purs et durs de la licence. 

Total War: Rome Remastered

7.2

Gameplay

7.0/10

Contenu

7.0/10

Graphismes

6.5/10

Bande son

8.0/10

Finition

7.5/10

Les + :

  • Une jolie restauration visuelle
  • Une bande son toujours aussi superbe
  • La 4K à 240 fps, un joli pas en avant
  • Quelques ajouts liés aux opus plus récents
  • Toujours autant addictif

Les - :

  • Aucune nouveauté, si ce n'est les DLC désormais inclus
  • Une interface revue, mais qui reste assez vieillotte
  • Des mécaniques de jeu qui ont vieilli