Des chercheurs mettent au point un nouveau type d’implant médical

Cet implant sans fil permet de surveiller en temps réel le niveau d’oxygène dans les tissus organiques.

Des ingénieurs de l’Université de Californie sont parvenus à mettre au point un implant sans fil particulièrement petit, rapporte Medicalxpress. Alimenté par des ondes ultrasonores, ce mini implant peut fournir des informations en temps réel du niveau d’oxygène des tissus organiques dans lesquels il a été implanté. L’intérêt de cet implant est qu’il pourrait permettre aux médecins de surveiller la santé des organes, mais aussi les tissus transplantés et alerter plus rapidement en cas d’échec de greffe.

L’oxygénation des tissus organiques est essentielle pour leur survie, c’est pourquoi connaitre le niveau d’oxygène des organes et autres tissus du corps humain est important pour savoir si tout se passe bien chez un patient. À l’heure actuelle, les méthodes pour mesurer l’oxygénation des tissus sont limitées soit parce qu’elles ne permettent qu’une mesure en surface – utilisation d’ondes électromagnétiques – soit parce que la mesure de l’oxygénation d’un organe prend beaucoup de temps – résonance magnétique – et donc, ne permettent pas un diagnostic en temps réel. Le mini implant développé par les chercheurs semble donc être la solution idéale à tous ces problèmes et pourrait même être utilisé dans d’autres circonstances.

La technologie mise au point par les chercheurs pourrait en effet être utilisée pour créer toute une variété de capteurs miniaturisés. Les médecins pourraient ainsi suivre d’autres marqueurs biochimiques de leurs patients, notamment le pH ou le niveau de dioxyde de carbone dans leur corps, le tout de manière peu invasive.

Il est très difficile de mesurer les choses au plus profond du corps“, a indiqué Michel Maharbiz, professeur de génie électrique et d’informatique à l’UC Berkeley et chercheur au sein de l’institut de recherche Chan Zuckerberg Biohub. “L’appareil montre comment, en utilisant la technologie des ultrasons associée à une conception de circuits intégrés très intelligente, vous pouvez créer des implants sophistiqués qui pénètrent très profondément dans les tissus pour prendre des données d’organes.

Le fonctionnement du mini capteur repose sur l’utilisation des ondes ultrasonores – comme c’est le cas pour l’imagerie médicale par ultrasons – et intègre également des éléments pour mesurer le niveau d’oxygène des tissus organiques. Le capteur intègre ainsi une source de lumière LED, un détecteur optique et un ensemble de commandes électroniques pour faire fonctionner le tout.

Crédit photo : UC Berkeley photo by Soner Sonmezoglu

Le dispositif pourrait encore être miniaturisé, afin qu’il puisse être implanté plus facilement dans le corps humain de manière peu invasive. Il pourrait également survivre plus longtemps dans le corps humain. La technologie doit donc encore être perfectionnée, mais elle semble en tout cas prometteuse.