Les premières voitures volantes pourraient prendre leur envol dès 2023 en Europe (vidéo)

L’appareil volant développé par AeroMobil peut atteindre une vitesse de 260 km/h en vol.

Le constructeur slovaque AeroMobil a partagé une nouvelle vidéo de sa voiture volante lors de ses derniers essais de vol. Des essais qui se sont révélés concluants. Le concept de véhicule volant développé par la société slovaque semble en effet être une réussite.

Les premiers essais de ce dernier modèle de voiture volante AeroMobile ont débuté en septembre dernier, afin de voir si le véhicule était en mesure de répondre aux exigences de la certification de l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne (AESA). Un défi que le constructeur slovaque a relevé haut la main. Son véhicule volant a en effet satisfait les critères de navigabilité de l’AESA.

Bien que présentée comme une voiture volante, l’AeroMobil se rapproche davantage d’un petit avion fusionné à une voiture. Elle dispose à la fois d’ailes et de quatre roues, avec un habitacle similaire à celui d’un véhicule terrestre. Elle se distingue par ailleurs des appareils à décollage et atterrissage vertical (VTOL, pour Vertical Take-off and Landing) puisqu’elle nécessite une piste de décollage et d’atterrissage, à la manière d’un avion traditionnel. Sur terre, une fois les ailes rangées, le véhicule peut parfaitement se conduire à la manière d’une voiture traditionnelle. D’après ses concepteurs, la transformation d’avion en voiture et inversement ne prend que trois minutes.

Particulièrement confiant, AeroMobil assure que sa voiture volante pourrait être commercialisée dès l’année 2023. La société slovaque se laisse deux ans pour régler les derniers détails. Il est notamment question d’optimiser le maniement du véhicule en vol, à savoir la contrôlabilité de l’appareil, sa stabilité et sa maniabilité. À l’heure actuelle, l’engin est en mesure d’atteindre une vitesse de 260 km/h en vol, avec une autonomie de 740 km.

Quant au prix, celui-ci devrait être à la haute de l’exploit. AeroMobil qualifie son appareil de voiture volante ultra haut de gamme. On peut donc s’attendre à un tarif tout aussi « ultra haut de gamme », autrement dit un montant qui ne serait pas à la portée de tout le monde.