Cette étude pourrait permettre de comprendre le fonctionnement des rêves et d’autres activités cérébrales, mais aussi aider au développement de thérapie. 

Depuis la nuit des temps, les rêves ont toujours fasciné. Si pour certains ils ont une signification particulière ou sont prémonitoires, ils représentent encore aujourd’hui un véritable mystère pour les scientifiques et font l’objet de nombreuses études. Pour tenter de comprendre le sens des rêves, leur but et leur nature, des chercheurs ont tenté d’interroger les personnes durant ces moments de sommeil.

Des scientifiques de l’Université Northwestern se sont concentrés sur les rêves lucides, à savoir des rêves dont les personnes endormies sont conscientes d’être en train de rêver et disent qu’elles sont capables de manipuler leurs songes. Les individus plongés dans des rêves lucides étaient équipés d’électrodes et devaient répondre à des questions via des mouvements oculaires ou des contractions musculaires.

Les tests effectués par les chercheurs ont démontré que les rêveurs étaient en mesure de suivre des instructions, de répondre par oui ou non à des questions, de résoudre des équations mathématiques simples, malgré le fait qu’ils soient endormis. « Cela démontre qu’il est possible de percevoir correctement les stimuli externes et d’effectuer les opérations nécessaires pour répondre, tout en restant endormi », a assuré Karen Konkoly, neuroscientifique cognitive à l’Université Northwestern, à CNN.

Or, si la scientifique se veut particulièrement optimiste quant aux résultats de l’étude, il faut tout de même les tempérer. En effet, sur les 158 tentatives de communication bidirectionnelle pendant le sommeil paradoxal, seulement 18,5% des rêveurs ont répondu correctement aux sollicitations extérieures. Un pourcentage plutôt faible, mais qui est pourtant suffisant d’après Ken Paller, directeur du programme de neurosciences cognitives au sein de l’université.

Ce dernier a en effet indiqué que « nous n’avions besoin que des découvertes d’une poignée de personnes pour démontrer de manière convaincante qu’une communication bidirectionnelle est possible, ce qui était notre principale conclusion. Nous avons montré que cela peut même arriver chez des individus ayant une expérience préalable minimale du rêve lucide. »

L’approfondissement de cette étude pourrait tout de même amener les chercheurs à répondre aux dernières interrogations sur les rêves, mais aussi sur d’autres activités cognitives. On peut même imaginer qu’elle pourrait également aider pour la thérapie des cauchemars, voire pour le développement spirituel et la résolution d’autres types de problèmes.