L’Europe se lance à la conquête de la 6G

Le futur standard des télécommunications pourrait être lancé dès 2030, avec un débit 50 fois plus rapide que la 5G.

Alors que le déploiement de la 5G débute à peine sur le vieux continent, l’Europe se penche déjà sur la prochaine génération des standards de la téléphonie mobile, la 6G. La nouvelle année vient en effet de marquer le lancement d’Hexa-X, le projet de recherche de l’Union européenne à propos des futurs réseaux 6G.

Le projet de deux ans et demi est chapeauté par Nokia, avec la participation d’Ericsson pour la direction technique. Entièrement financement par la Commission européenne dans le cadre du programme d’innovation Horizon 2020, le projet rassemble pas moins de 25 industriels et universités européennes.

L’Europe n’est évidemment pas la seule à s’intéresser à la 6G. La Chine travaille sur le sujet depuis un petit moment déjà. Elle a d’ailleurs envoyé un premier satellite 6G dans l’espace en novembre dernier. Samsung et les États-Unis s’y intéressent également. Avec le projet Hexa-X, l’Union européenne entend bien faire partie des premiers à déployer la 6G et ainsi éviter un retard par rapport aux régions du monde, comme ce fut le cas avec la 5G.

La 6G pourrait être lancée dès 2030, au mieux, sur base du cycle de 10 ans séparant deux générations de standards de télécommunication. Elle offrirait des débits 50 fois plus rapides que la 5G. Des promesses qu’il vaut mieux tempérer. Le déploiement des réseaux 6G en Europe, mais également à travers le monde, pourrait prendre plus de temps et son débit pourrait être inférieur à ce qui est annoncé, même s’il sera supérieur à celui de la 5G.

Enfin, l’utilité de la 6G pourrait dépasser ce à quoi nous ont habitués les réseaux de télécommunications jusqu’à ce jour. “À l’ère de la 6G, nous verrons des applications qui non seulement connecteront les humains aux machines, mais également connecteront les humains au monde numérique. Une telle connexion sécurisée et privée peut être utilisée pour des soins de santé préventifs ou même pour créer un réseau 6G avec un sixième sens qui comprend intuitivement nos intentions, rendant nos interactions avec le monde physique plus efficaces et anticipant nos besoins, améliorant ainsi notre productivité”, assure Nokia.