La construction de cette première usine internationale représente un investissement de 200 millions d’euros.

Alors que sa présence sur le marché international est remise en cause en raison de la guerre commercialise qui l’oppose aux États-Unis et des accusations d’espionnage pour le compte de Pékin, Huawei vient d’annoncer l’établissement prochain de sa première usine internationale. Cette dernière prendra place en France, dans la petite ville de Brumath, au nord de Strasbourg.

C’est une étape importante pour la firme chinoise puisqu’il s’agira de la première usine du groupe à s’établir en dehors des frontières chinoises. Huawei prévoit un investissement minimal de 200 millions d’euros pour construire son usine. Dans un premier temps, cette dernière emploiera 300 personnes, un effectif qui passera à 500 « à terme ». L’usine se chargera de produire des solutions technologiques de réseaux mobiles à destination du marché européen.

« Avec cette usine implantée au carrefour de l’Europe, Huawei vient enrichir sa présence sur le continent déjà forte de 23 centres de R&D, de plus de 100 universités partenaires, de plus de 3 100 fournisseurs et d’une chaîne d’approvisionnement performante », a déclaré la firme chinoise.

Difficile de ne pas voir dans ce projet une volonté d’Huawei de redorer son image en Europe. Le groupe chinois souffre en effet depuis bientôt deux ans d’accusations d’espionnage pour le compte de la Chine proférées par les États-Unis. Des accusations qui ont d’ailleurs remis en question l’utilisation des infrastructures d’Huawei en Europe pour le développement de la 5G.

D’ailleurs, l’établissement de l’usine d’Huawei en France inquiète d’une certaine manière. « Conscients de la volonté manifeste de Huawei de s’implanter dans notre département, nous avons adressé au Premier ministre et à la Commission européenne un certain nombre de questions relatives à la sécurité et à la souveraineté économique, largement partagées par nos concitoyens », a indiqué Jeanne Barseghian, maire de Strasbourg, comme le rapporte l’AFP. « En responsabilité, je serai attentive aux conditions d’installation de Huawei à Brumath et à ses impacts sur le territoire », a-t-elle ajouté.