Test – Call of the Sea : l’aventure fantastique

Parmi les premiers jeux “next-gen” présentés, Call of the Sea était parvenu à attirer l’attention des joueurs avec sa direction artistique superbe et son univers coloré. Le jeu sort un gros mois après le lancement des Xbox Series, en exclusivité temporaire sur la console de Microsoft. 

Après The Falconeer, les Xbox Series s’offrent une seconde exclu indépendante avec Call of the Sea, le premier jeu du studio madrilène Out of the Blue. Développé par une petite équipe de vétérans de l’industrie, le titre se positionne quelque part à mi-chemin entre un titre narratif et un jeu d’énigmes à la Syberia.

Call of the Sea se démarque toutefois des autres productions du genre par sa direction artistique superbe, digne d’un film d’animation. Visuellement, le titre est probablement l’un des plus beaux jeux de cette année. Le style cartoonesque lui va à ravir. Les décors sont colorés et plein de vie. L’attention du détail va également très loin, avec des objets de toute petite taille parfaitement modélisés et des effets visuels qui tirent pleinement parti des capacités des consoles next-gen. D’entrée de jeu, on notera qu’il est aussi possible d’y jouer sur Xbox One. Attendez-vous toutefois à y perdre en détails et en qualité.

On tombe sous le charme de la direction artistique du jeu dès nos premiers pas sur l’île.

Call of the Sea est toutefois loin d’être une simple démo technique des consoles de nouvelle génération. Le titre a beau être très accessible, il n’en offre pas moins une expérience de jeu très riche. Il mixe brillamment plusieurs genres, avec de l’exploration à la première personne, des énigmes et puzzles, quelques mini-jeux et surtout une aventure narrative très riche, basée sur la collecte d’objets. Car dans Call of the Sea, l’aventure se joue en différé.

Dans la peau d’une jeune femme partie à la recherche de son époux, qui a disparu il y a plusieurs semaines sur une mystérieuse île du Pacifique, vous devrez tenter de recomposer les fragments de son expédition en collectant divers objets abandonnés par son équipage. L’écriture du jeu est brillante et le scénario d’une rare efficacité. Call of the Sea est avant tout une expérience narrative, qui se déguste tel un bon film indépendant.

L’atmosphère du jeu est très soignée.

Le jeu compte en tout six chapitres, qui vous feront explorer six zones de jeu distinctes, de taille plutôt moyenne. Dans chacune, il faudra collecter un certain nombre d’objets pour recomposer l’histoire et tenter de résoudre une série d’énigmes et de puzzles qui nécessiteront un peu d’observation et de réflexion. Si la plupart ne sont guère très compliqués, d’autres nécessiteront plus d’attention. Deux ou trois énigmes nous ont même paru trop compliquées, voire carrément tirées par les cheveux… Dans l’ensemble, la progression se fait toutefois sans encombre.

Malgré ses mécanismes un peu vieillots, la formule prend finalement très bien, en grande partie grâce à l’excellent doublage du personnage principal et à ses nombreux commentaires qui ponctuent la progression du joueur. Le voyage de notre héroïne est passionnant de bout en bout et c’est sans aucun doute ce qui devrait vous tenir scotché à votre pad du début à la fin de cette histoire.

Chaque niveau propose sa propre atmosphère.

Si le jeu n’est pas bien long (comptez 5 à 6 h de jeu en ligne droite), on y reviendra bien volontiers pour tenter de retrouver tous les éléments du carnet, qui se remplit progressivement au fil de l’aventure avec les photos récupérées et les indices collectés. La durée de vie du jeu est donc très correcte pour un titre qui est vendu à 19,99€, et ce même si le soufflé a tendance à retomber dans la seconde partie, avec l’un ou l’autre chapitre en deçà du reste. A moins d’être vraiment allergique à la formule des jeux à énigmes, difficile de ne pas tomber sous le charme de Call of the Sea, en particulier par ces temps de confinement. Car il faut bien l’avouer, ce petit voyage exotique est plein de charme et donne furieusement envie de voyager à l’autre bout de la planète. Les plages de sable fin, la végétation luxuriante de l’île et ses atmosphères variées lui donnent un cachet unique.

Notre aventurière conserve dans un calepin toutes ses notes et tous les indices qui serviront à résoudre les différentes énigmes.

Outre par sa direction artistique et son scénario accrocheur, Call of the Sea brille également par sa bande son et sa qualité d’écriture globale. Les musiques d’ambiance sont très réussies et les doublages en anglais d’excellente facture. Les traductions françaises sont soignées : qu’il s’agisse des dialogues ou du calepin qui accompagne notre héroïne. Celui-ci joue un rôle central dans la résolution des énigmes puisque les différentes indices que vous récupérerez y seront référencés, au même titre que les photos récupérées, illustrations et notes de notre héroïne. Du très bon travail qui contribue surtout à l’immersion du joueur dans cet excellent récit aux relents lovecraftiens.

Conclusion

Call of the Sea est l’un des premiers vrais jeux next-gen. Avec sa direction artistique à tomber, ses jolis effets visuels et ses décors tropicaux très colorés, le jeu du studio madrilène Out of the Blue marque les esprits par son esthétisme. Le jeu est toutefois loin d’être une simple démo technique. Call of the Sea propose une expérience narrative très travaillée. Le récit suit une jeune aventurière partie à la recherche de son mari qui a disparu au cours d’une expédition à l’autre bout de la planète. Le joueur vit les événements avec un décalage narratif, puisqu’il marche sur les traces de l’expédition perdue… Quelque part à mi-chemin entre un jeu narratif et jeu à énigmes, Call of the Sea maîtrise parfaitement les codes du genre. Le divertissement est également très immersif et pour cause puisque toute l’aventure se déroule à la première personne. Plein de charme, Call of the Sea est un jeu qui se déguste goulument mais un divertissement de courte durée. Il ne vous faudra pas plus de 5 heures pour voir le bout du récit, ce qui n’est pas mal pour un jeu vendu au prix de 19,99€. Assurément, l’une des plus belles surprises de cette fin d’année 2020. 

Call of the Sea

Gameplay 7.5/10
Contenu 7.0/10
Graphismes 8.5/10
Bande son 8.5/10
Finition 9.0/10
8.1

On aime :

Une direction artistique superbe

Une réalisation splendide

Un prix doux (19,99€)

Un scénario accrocheur

Une excellente bande sonore

On aime moins :

Un peu court (5h environ)

Quelques chapitres en deçà

Quelques énigmes un peu tirées par les cheveux