Project Cars 1 et 2 ont lancé une nouvelle série de jeux de course. Le troisième du nom approchant de sa sortie officielle, nous avons eu l’occasion de nous essayer aux premières courses. Après avoir longuement posé nos mains sur ce troisième opus, nous vous partageons notre premier ressenti.

Une chose est certaine : les sensations que nous procure Project Cars 3 manette ou volant en main sont excellentes. Slightly Mad Studios a récupéré ce qui fonctionnait le mieux sur les deux premiers épisodes et l’a encore amélioré. Le pilotage est extrêmement précis et exigeant comme on l’aime. Le moindre faux pas peut conduire au dérapage et gâcher votre course toute entière. Le défi est encore plus grand lorsque vous affrontez d’autres véhicules ou lors d’averses. La piste suinte et vous fait vous mesurer aux pires conditions qu’un pilote peut espérer. Personnage à part entière, la météo dynamique que propose PC3 est pour sa part très solide. Vous pouvez, à tout moment, débuter votre course avec un magnifique soleil à son zénith, pour la terminer dans un déluge sur une piste inondée.

Grâce à un système LiveTrack 3.0. très convaincant et déjà présent dans PC2, les circuits sont vivants et évoluent au fil des courses. L’asphalte s’usera suite aux passages des carrosseries et sera plus vite susceptible de causer des accidents dû à l’usure. La température ambiante influencera la manière dont roule le véhicule, tandis que celle des pneus sera décisive dans l’issue de la course.

Un contenu toujours plus conséquent

Le contenu délivré avec notre version était déjà fort conséquent. Nous avions accès à l’entièreté des véhicules et circuits qu’aura à nous proposer Project Cars 3. Un contenu qui est l’atout majeur de cet opus. Plus de 200 véhicules, 120 circuits et tracés ainsi qu’une dizaine de modes de jeu, la rejouabilité est énorme et nul doute que le joueur y trouvera son compte.

Le nouveau mode de jeu Rivals promet pour sa part une belle expérience. Le joueur devra se mesurer aux chronos du monde entier, et ce au travers de multiples challenges. Ces défis seront de trois types : Best Lap, Pace Setter et Breakout. Le premier est somme toute classique, avec un fantôme à battre et ainsi tenter de faire le meilleur temps en un seul tour. Pace Setter est similaire à Best Lap, mais a lieu en trois tours avec une régularité à avoir. Enfin, Breakout est le plus intéressant et original des trois. Totalement à l’opposé du principe des jeux de course, ce mode vous demandera de foncer à toute allure dans des blocs de polystyrènes parsemés ici-et-là sur le circuit. Le but consiste à récupérer le plus de points possibles, tout en parcourant des zones habituellement évitées : gazon, graviers, … Le mode se veut fun avant d’être réaliste, ce qu’il parvient sans mal à faire.

Le mode Carrière bénéficie aussi de quelques jolies nouveautés. Le joueur devra progresser avec son propre véhicule, au sein de quelques compétitions. Il engrangera ensuite des crédits, nécessaires à l’amélioration de son bolide. Il pourra également acheter d’autres voitures afin d’élargir la gamme qui composera son garage. Partir de rien, pour arriver aux courses de légende se révèle assez excitant, d’autant que les compétitions pour y parvenir seront nombreuses. Nous n’avons en revanche pas pu atteindre les plus hauts niveaux d’un mode qui paraît fort prometteur.

L’épreuve personnalisée est quant à elle le point fort de cet épisode. Les paramètres que le joueur pourra régler sont très nombreux, au point de n’avoir que très rarement deux fois la même course. La totalité des véhicules du jeu sont jouables, même si vous ne les possédez pas, et ce sur tous les circuits que propose PC3. Il est également possible de régler soi-même l’évolution de la météo, avec de multiples combinaisons possibles. Vous l’aurez compris, les possibilités sont nombreuses, et ce pour le plus grand plaisir des puristes.

Project Cars 3 étant toujours en développement, nous ne mentionnerons pas les quelques soucis techniques que possède le jeu. Les graphismes sont notamment un rien en dessous de nos espérances et l’IA peine malgré tout à convaincre. Si les véhicules ennemis sont la plupart du temps convaincants et discrets, il leur arrive parfois d’exécuter des mouvements suspects. Nombreuses sont les fois où notre course a du tourner court à cause des collisions causées par les concurrents. Néanmoins, n’oublions pas que le jeu n’est pas fini. Il ne demande qu’à être affiné durant le mois qui nous sépare de la sortie officielle.

Une chose est certaine : Project Cars 3 ne devrait pas décevoir les amateurs du genre. Les développeurs semblent garder la même ligne de conduite, à savoir une conduite exigeante et agressive, couplée à un contenu gigantesque. Avec des centaines de véhicules et une très grande variété de circuits, le joueur aura clairement de quoi remplir ses sessions de jeu. Des courses qui demanderont une réelle adresse, que ce soit avec une manette ou un volant. Le joueur devra ainsi composer avec des véhicules à la physique réaliste mais aussi avec une météo et des tracés dynamiques et vivants. Les développeurs nous ont en revanche précisé être en train de peaufiner la gestion de l’IA. Elle ne nous a pas franchement convaincu dans cet aperçu, avec des réactions parfois disproportionnées. Il reste en tout cas un mois aux développeurs pour achever ce PC3 qui, s’il garde ses bases tout en s’améliorant, sera très bien parti pour convaincre.