L’IA a été mise au point comme un outil de retouche et permet d’améliorer considérablement la qualité d’un portrait.

Des chercheurs de l’Université de Duke ont mis au point une intelligence artificielle capable de reconstituer un portrait réaliste en très haute définition à partir d’une image de mauvaise qualité. La technologie baptisée PULSE pour Self-Supervised Photo Upsampling via Latent Space Exploration of Generative Models (suréchantillonnage de photos autosupervisé via l’exploration en espace latent de modèles génératifs, en français) permet d’améliorer considérablement la résolution d’une image. Selon les chercheurs, leur IA peut multiplier la qualité d’une photo par 64.

Les chercheurs à l’origine de l’outil démontrent toute la puissance de leur IA à partir de leur propre portrait. Ils se sont pris en photo, on réduit la résolution de leur portrait et l’ont soumis à l’IA qui est parvenu à reconstituer des portraits réalistes en haute résolution. Le processus est particulièrement impressionnant tant le résultat est réaliste. On notera tout de même une petite différence entre l’original et la production de l’IA. A l’heure actuelle, aucun programme n’est en mesure de reconstituer une image dans son intégralité à partir de données incomplètes. Le travail réalisé par cette IA est donc considéré comme une avancée majeure dans le domaine.

Une IA double

L’outil PULSE repose en réalité sur une technologie préexistante, celle des réseaux antagonistes génératifs. Il s’agit d’algorithmes capables de générer des portraits particulièrement réalistes. Deux IA sont mises en compétition pour générer ces images réalistes. La première IA est le générateur, elle génère un échantillon d’images, notamment des portraits. La seconde a le rôle de discriminateur et se charge de détecter si l’échantillon est réel ou le résultat du générateur. À chaque échec, le générateur va tenter d’améliorer son portrait pour tromper son adversaire ce qui, au final, donne un résultat très réaliste.

Le PULSE utilise cette technologie pour générer un portrait réaliste en partant de la photo floue et la compare en permanence pour que le résultat y ressemble le plus possible. “Jamais des images de super-résolution n’avaient été créées avec cette résolution avec autant de détails”, s’est enthousiasmé l’un des chercheurs.

L’intérêt de ce genre d’outils est limité à l’heure actuelle au cadre artistique ou à la recherche, mais on peut imaginer que dans un avenir plus ou moins proche, il soit intégré à des logiciels de retouches photo. Il pourrait en effet servir à améliorer des portraits très simplement ou anonymiser des passants sur un cliché pris dans un lieu public, par exemple.