Tom et Alex Saliba proposent aux parents de réserver des stages pour leurs enfants.

On travaille sur ce projet depuis à peu près deux ans, avec le coaching du Start Lab” explique Alex Saliba. Ces deux frères sont étudiants, ils ont développé une plateforme pour trouver des stages pour enfants.

Un “marketplace” des stages

Les annuaires de stages existent déjà. “Quand le parent trouve un stage qui l’intéresse, il ne peut pas passer à l’action et réserver directement“, selon Alex Saliba. Et c’est tout l’avantage de Kogoza pour ses cofondateurs. Il ne s’agit pas d’un simple annuaire, mais d’un lieu où sont centralisées les offres de stages. Mais aussi la possibilité de réserver et de payer sur la même plateforme.

De l’autre côté, les clubs et les organisations gagnent du temps. “On a vu que ça prend beaucoup de temps et d’administration de prendre des réservations par téléphone ou par e-mail”.

“On a commencé avec des clubs de foot, mais on a vu que notre solution, notre plateforme, pouvait aider tout type de stage”. D’autres organisations se sont ajoutées aux activités sportives. “Maintenant on des clubs de sports, mais aussi des écoles de langues qui sont intéressées. Même des écoles primaires ou maternelles qui font des stages. On a une grande variété“. Alex Saliba cite également des écoles de musique.

Il faut noter que les clubs et organisations peuvent s’inscrire gratuitement sur Kogoza. La startup prend une commission sur les réservations. Dans le cas où aucune réservation n’est faite, la startup ne prend aucune commission. Un fonctionnement “équitable” pour le cofondateur. “Ça nous a aussi permis de nous différencier des annuaires qui demandent un prix fixe, juste pour être en ligne”, souligne-t-il.

Une idée née de la jeunesse des fondateurs

Si le projet a débuté avec les clubs de foot, c’est à cause d’une blessure de Alex Saliba. “À l’âge de 18 ans, je suis parti aux États-Unis pour une bourse pour jouer au foot et étudier. Et après un an d’études aux États-Unis j’ai eu une grave blessure au genou, ça veut dite que j’ai dû avoir deux opérations et j’ai dû arrêter le foot progressivement” explique le cofondateur de Kogoza. C’est lorsqu’il veut reprendre la pratique sportive qu’il repère les faiblesses de communication. “S’il y avait un stage de foot pour enfant, comment ils faisaient ? C’était seulement une affiche dans la buvette” explique Alex Saliba.

Avec les conseils et l’appui du Start Lab de l’ULB, ils développent leurs solutions. La zone géographique s’étend pour l’instant à Bruxelles et en Wallonie (avec quelques stages en Flandre).

Bien évidemment, la crise sanitaire du Coronavirus a annulé toutes les possibilités de stages pour les enfants. Pourtant la structure avait réussi son pari : “Les parents avaient payé plus de 10 000 euros pour les stages de nos partenaires”.