Le géant chinois présentait ce jeudi son nouveau porte-étendard, le P40, et deux de ses variantes. 

Pas de grosse surprise finalement dans le line-up mais quelques jolies innovations principalement du côté logiciel et photographie, deux arguments de vente très forts pour le groupe chinois qui tente aujourd’hui de revenir dans la course face à Samsung et Apple sans Google.

Privé des “Google Web Services” (la suite logicielle de Google), le géant des télécoms a été contraint de réagir très vite. Il a remplacé le Play Store sur ses nouveaux smartphones par App Gallery, sa propre boutique d’applications. Le P40 est l’occasion pour le constructeur de présenter quelques nouvelles innovations côté logiciel.

Un design emblématique

Côté design, Huawei fait évoluer très timidement le look de ses terminaux. Tout en restant dans la lignée du P30, le design du P40 se rapproche toujours un peu plus de celui d’un appareil photo avec un “camera bump” massif. Elégant, le smartphone n’en reste pas moins très moderne dans son design avec son écran pratiquement sans aucune bordure, qui s’étend désormais aussi sur le tranches de l’appareil. Décliné en de nouveaux coloris (Ice white, Black, Deep Sea Blue, Silver Frost et Blush Gold), l’appareil affiche des dimensions très larges avec son écran de 6,1″ pour le modèle standard et de 6,58″ pour les modèles Pro et Pro+.

Le P40 est surtout l’occasion pour le géant chinois de mettre le paquet côté innovation avec un smartphone waterproof (IP68 pour les modèles Pro et Pro+), qui intègre un lecteur empreinte digitale sous l’écran et un système de recharge ultra rapide avec un chargeur 40W. Huawei est d’ailleurs le premier constructeur à proposer une variante de son mobile qui intègre la recherche ultra-rapide (40W) en sans fil également avec son Pro+.

Un véritable photophone

Une fonction permettra de supprimer les reflets sur les images.

Depuis les premiers pas de sa gamme P, Huawei a mis l’accent sur la photographie. Le P40 n’échappe pas à la règle. On retrouve ici une combinaison de 3 capteurs photos. Le capteur principal est capable de capturer des images de 50 mégapixels. La vraie révolution vient toutefois de la taille du capteur, d’1/1.28″, soit près de deux fois plus grand que celui du P30 Pro! Dans la pratique, cela permettra de faire rentrer beaucoup plus de lumière – ce qui signifie des images de meilleure qualité, plus de détails et moins de bruit. Le second capteur est un objectif grand angle de 16 mégapixels. Un objectif téléphoto dédié aux zooms permet enfin de capturer des images de 8 mégapixels.

Pour de meilleures performances, il faudra se tourner vers les modèles Pro et Pro+. Le modèle Pro laissera ainsi rentrer jusqu’à 40% de lumière en plus et pourra zoomer jusqu’à 5x en zoom optique et 10x en zoom hybride. Le P40 Pro+ sera lui capable de zoom jusqu’à 100x en digital, avec des résultats franchement impressionnants.

En façade, on nous promet un double capteur de 32 mégapixels pour les selfies, capable de filmer en 4K à 60 images par seconde. Les modèles Pro et Pro Plus intègreront d’autres fonctionnalités avec le support de l’ultra low-light, l’ultra slow-motion (jusqu’à 7680 images par seconde), la super-stabilisation, le time-lapse en 4K, et plus encore.

Il sera possible de zoomer jusqu’à 100x.

Les améliorations ne sont pas uniquement hardware. Côté logiciel, Huawei introduit aussi quelques innovations. Les algorithmes ont été améliorés pour faire des photos de portrait de plus grande qualité : luminosité sur le visage, le rendu des poils & cheveux, la texture de la peau,… Une fonction permet désormais de supprimer les passants. L’IA supprime désormais aussi les reflets sur le verre lorsque l’utilisateur capture une image depuis une baie vitrée ou dans un musée

De solides performances

Huawei l’a bien compris, la course à la puissance importe peu. Le P40 reste toutefois un modèle très performant. Il intégrera le nouveau processeur Kirin 950 – compatible avec les réseaux 5G -, 8 Gb de RAM et sera capable de faire grimper le taux de rafraichissement de l’écran à 90 Hz.

Côté connectivité, le P40 est l’un des premiers smartphones à supporter le Wifi 6 Plus. Dans la pratique, il sera capable d’atteindre une vitesse de 2400 Mbps – contre 1733 pour son ainé.

Android sans Google

MeeTime est le nouveau Facetime de Huawei.

Comme le Mate Xs avant lui, le P40 sera livré sans Google. Pas de Play Store ni de YouTube ou de Google Traductions donc, mais certains services resteront accessibles depuis le browser. Huawei a intégré un logiciel qui permet de transférer toutes ses données sur les nouveaux appareils, le fameux Phone Clone. On retrouve également un store maison, App Gallery, qui commence petit à petit à se remplir.

Niveau interface, on retrouvera EMUI, l’interface customisée d’Android de Huawei, avec quelques petites nouveautés au programme.

Huawei introduit ainsi un service de messagerie similaire à Facetime baptisé MeeTime, qui permet de passer des appels vidéos de très haute qualité. Le service permettra le partage de l’écran et le changement de background.

Huawei Music, déjà disponible en Chine, est également lancé à l’international. Il s’agit d’une alternative à Spotify qui intègre 50 millions de morceaux, 1,2 million d’albums, plus de 600.000 artistes. Huawei offrira un accès à sa plate-forme de 3 mois à tous ses clients au lancement.

Enfin, on citera aussi Huawei Video, plate-forme qui réunit des contenus de plusieurs plates-formes, des films à la demande, des accès aux actualités, etc.

Des tarifs compétitifs

L’ogre chinois ne s’est pas montré trop ambitieux au niveau des tarifs. Le P40 restera un modèle “abordable” avec son tarif de 799€. Le Modèle + verra en revanche son prix s’envoler bien au-delà des 1.000€.

  • P40 (8Gb RAM + 128 Gb stockage) : 799€
  • P40 Pro (8 Gb RAM + 256 Gb stockage) : 999€
  • P40 Pro+ (8 Gb RAM + 512 Gb stockage) : 1399€