« La récolte d’énergie de l’environnement offre la promesse d’une énergie propre pour les systèmes autonomes », soulignent les chercheurs à l’origine du dispositif.

La recherche tente de mettre au point des générateurs d’énergie qui ne seraient pas aussi polluants que l’exploitation des énergies fossiles. Un type de ressources qui produit également un certain volume de pollution. C’est là que les énergies vertes semblent être la meilleure solution pour limiter le réchauffement climatique, mais celles-ci sont encore à l’heure actuelle très contraignantes. La solution pourrait se trouver dans notre environnement, dans l’air. C’est en tout cas ce qu’essaye de réaliser une équipe de chercheurs de l’Université du Massachusetts.

Ces derniers ont mis au point une technologie qui permet de créer de l’électricité à partie de l’humidité de l’air. Un processus qui est rendu possible grâce à une bactérie, la Geobacter sulfurreducens, dont les nanofils bactériens sont naturellement conducteur d’électricité. Les chercheurs ont exploité ses nanofils pour créer un dispositif générant de l’énergie à partie de l’humidité de l’air.

Le dispositif Air-Gen est composé d’un film mince de nanofils de protéines placé entre deux électrodes et exposé à l’air. Une exposition qui lui permet d’absorber la vapeur d’eau de l’air ce qui – sans entrer dans les détails – permet au dispositif de générer un courant électrique continu entre les deux électrodes.

Si la découverte des scientifiques est prometteuse, ses capacités n’en restent pas moins limitées. En effet, une unité Air-Gen ne peut fournir que 0,5 volt et un courant de 17 micro-ampères par centimètre carré seulement. En couplant plusieurs unités, le volume d’électricité pourrait être décuplé. Les chercheurs ont ainsi réussi à allumer une lampe LED.

Non polluante et peu coûteuse, l’utilisation de cette technologie pourrait être un excellent moyen de produire de l’électricité verte. L’équipe de scientifiques a expliqué dans leur article publié dans la revue Nature qu’ils étaient capables de produire « littéralement de l’électricité à partir de l’air. L’Air-Gen génère une énergie propre 24h/24 et 7j/j ».

« Une fois que nous aurons atteint une échelle industrielle pour la production de fil, je m’attends à ce que nous puissions réaliser de grands systèmes qui apporteront une contribution majeure à la production d’énergie durable », explique l’un des chercheurs. « Par exemple, la technologie pourrait être incorporée à de la peinture murale qui pourrait aider à alimenter votre maison ».