Les fabricants de smartphones, tablettes, liseuses, appareils photo et autres technologies portables seront bientôt contraints de rendre leurs appareils compatibles avec un chargeur universel. La Commission européenne, qui présentait mercredi son programme de travail pour l’année, a promis une proposition en ce sens pour l’automne.

Signe de l’urgence du sujet, le Parlement lui-même adoptera jeudi une demande similaire. L’objectif est de simplifier la vie des consommateurs et de réduire les déchets électroniques. «A chaque achat d’un nouvel appareil électronique vient s’ajouter un chargeur, souvent différent de ceux que nous possédons déjà», soulignent les élus.

Cela fait six ans que la Commission suit une approche volontaire pour encourager les fabricants de téléphones portables à coopérer, mais cela ne suffit plus. Le gaspillage dû aux chargeurs s’élèverait à quelque 300 millions d’euros par an, pour 50.000 tonnes de déchets, selon l’exécutif européen.

Le géant américain de l’informatique Apple a déjà fait connaître son opposition au chargeur universel, lui qui modifie régulièrement les connexions et modules de recharge de ses appareils. Il affirme que le chargeur universel freinera l’innovation et pénalisera les utilisateurs européens de ses technologies.

Belga