La société française Edenred, connue pour émettre des chèques-repas en Belgique, a été victime jeudi d’une infection de ses systèmes d’information par des logiciels malveillants, annonce-t-elle vendredi.

L’entreprise analyse actuellement l’étendue de l’attaque. La filiale belge du groupe est également concernée, a-t-elle reconnu vendredi matin. Cela n’a toutefois aucun impact sur les solutions que propose l’entreprise et les données des utilisateurs et des clients ne sont pas menacées.

Le groupe Edenred, d’origine française, propose des solutions transactionnelles au service des entreprises, des salariés et des commerçants. Il est présent dans 46 pays, emploie 10.000 personnes et a géré 2,5 milliards de transactions de paiement l’an dernier, représentant un volume d’affaires proche de 30 milliards d’euros.

Dès la détection de l’attaque, la société a immédiatement mis en place des mesures préventives afin de se protéger contre toute infection ultérieure, en conformité avec la politique de cybersécurité du groupe, précise-t-elle.

Contactée, la filiale belge précise que l’attaque concerne une partie du groupe et seulement certains postes de travail. Les conséquences sont toutefois subies par l’ensemble des collaborateurs puisque, par mesure de précaution, plus aucun poste de travail n’est utilisé pour le moment. Cela complexifie le travail des travailleurs qui ne peuvent pas accéder aux applications de l’entreprise depuis leurs ordinateurs, y explique-t-on.

L’attaque n’a en revanche aucun impact sur l’utilisation des solutions développées par Edenred, dont les chèques-repas. Les données des clients et des utilisateurs, stockées sur des serveurs externes, ne sont «absolument pas concernées».

Belga