Sorti en accès anticipé sur PC en 2018, le jeu de cartes dans l’univers du Seigneur des Anneaux est désormais disponible également sur Xbox One, Switch et PS4 dans sa version finale.

Développée par Asmodee, cette nouvelle adaptation de l’oeuvre de Tolkien s’écarte des précédentes tentatives de porter l’univers du Seigneur des Anneaux en jeu. Cette fois, pas de jeu d’aventure ni de stratégie puisqu’Asmodee nous livre un jeu de cartes dans la plus pure tradition des Hearthstone et autres Elder Scrolls Legends. Les decks ne sortent pas non plus de nulle part puisque le jeu de cartes du Seigneur des Anneaux existe depuis plusieurs années. Sa popularité reste toutefois nettement plus maigre que celle d’un Magic.

Visuellement, le jeu est plutôt joli.

Avant de se lancer, il est important de préciser qu’il n’est pas question ici d’un free-to-play mais d’un jeu payant – facturé 24,99€ tout de même -, dont le contenu est essentiellement narratif.

Et c’est sans doute finalement l’aspect le plus critiquable du jeu. Car si Thronebreaker avait prouvé qu’il existait un marché pour les jeux de cartes narratifs, The Lord of the Rings Adventure Card Game n’a pas la prétention de rivaliser avec le jeu de CD Projekt et cela se ressent au niveau des moyens déployés. S’il est plaisant, le jeu d’Asmodee ne déclenche jamais l’effet wow – tant dans sa réalisation qu’au niveau de son contenu.

Le concept initiale est pourtant excellent puisque The Lord of the Rings Adventure Card Game propose de revivre les grands moments de la saga à travers des quêtes s’étalant sur 4 à 5 missions. L’originalité du jeu vient du fait que la partie se poursuit sans être entrecoupée par le changement d’objectif. Concrètement, une fois une mission terminée, le joueur conserve ses cartes en main et ses unités sur le terrain et part à l’assaut de la mission suivante. Cette approche très particulière force le joueur à redoubler de prudence dans la gestion de ses cartes. Terminer la partie précédente en mauvais posture ajoute un sérieux handicap en début de mission.

Chaque chapitre regroupe plusieurs missions, qui sont liées.

A travers le mode solo, le joueur débloquera de nombreuses cartes qui lui permettront ultérieurement de composer son propre deck. L’aventure scénarisée ne laisse que peu de place à la customisation. La plupart des missions placent le joueur aux commandes d’un deck relativement simple, qu’il devra utiliser pour mener à bien sa mission et remplir les objectifs qui lui sont donnés.

Comme Hearthstone, le jeu Le Seigneur des Anneaux propose des combats au tour par tour, intègre un système de mana (cumulable ici), qui permet de lancer des sorts ou déployer des unités sur le terrain, et place sur l’échiquier des personnages aux spécificités propres, dotés de points d’attaque et de défense. Le titre se distingue toutefois de son modèle de par certaines spécificités, à l’image des points d’attaque qui diffèrent selon le type d’unité ciblée. Un même soldat pourra donc être plus efficace pour terrasser une tour que pour s’attaquer à une araignée géante. Dans le même ordre d’idée, on note la présence de deux jauges sur le côté de l’écran : l’une symbolise la jauge de destin, qui vous permettra de changer le déroulement de la partie, l’autre, celle de l’oeil de Sauron, représente une menace qui pèse sur votre groupe d’aventuriers.

Dans le jeu, le joueur pourra ainsi choisir de combiner plusieurs héros dans un seul deck pour bénéficier de leurs avantages propres, ou de ne sélectionner qu’un seul ennemi, auquel cas la jauge progressera moins rapidement mais la difficulté sera forcément plus élevée. En cours de partie, il faudra veiller à remplir les conditions de victoire et à éliminer le plus de créatures avant l’accomplissement de l’objectif pour que la jauge de Sauron ne grimpe pas de façon significative – car une fois celle-ci remplie, la partie s’achève.

Les objectifs diffèrent radicalement d’une partie à l’autre.

Ces petites spécificités permettent au jeu d’Asmodee de se démarquer des autres jeux de cartes. Globalement, le titre est intelligemment construit. Créer son propre deck est également un véritable régal, même si l’on regrettera la relative maigreur des decks – de maximum 30 cartes. Pour créer son deck, le joueur pourra choisir parmi des cartes neutres, 1 à 3 héros, et les cartes associées à ces héros – divisées en plusieurs segments entre les unités à lancer sur le terrain, les sorts et les objets qui permettent de booster les traits d’un personnage.

On notera au passage qu’il est possible de créer des decks aux rôles très différents, prônant la confrontation directe ou au contraire une stratégie plus durable, basée sur le contre ou la surprise. La diversité est présente et on prend un réel plaisir à établir des stratégies parfois complexes.

La bonne nouvelle, c’est que cette version finale du jeu s’est délestée de l’une des plus grosses tares du early access, à savoir les lootboxes, qui pourrissaient le système de jeu, forçant le joueur à dépenser de l’argent supplémentaire dans le jeu pour débloquer des cartes. Le contenu du jeu a été enrichi de multiples missions et la durée de vie – sans être gigantesque – promet désormais des heures et des heures de jeu. Le titre intègre également un mode coop très fun et Asmodee promet l’ajout de multiples extensions qui permettront d’ajouter quêtes et cartes au rooster. Bref, le modèle économique est plutôt bien fichu, et même si le prix de vente du jeu a de quoi refroidir, on ne regrette pas son achat.

La direction artistique est superbe.

Alors certes, on pourra reprocher à cette adaptation d’avoir simplifié quelques aspects du jeu de cartes duquel le jeu s’inspire, et de ne pas intégrer un mode de jeu compétitif – qui aurait pourtant ajouté un réel plus. Certes, les nombreux écrans fixes qui nous narrent les péripéties de Bilbon et de toute sa bande ne sont pas des plus attractifs et on se surprend finalement souvent à les zapper pour foncer droit au duel. Mais dans l’ensemble, l’expérience de jeu est véritablement plaisante. Les mécanismes de jeu uniques de The Lord of the Rings Adventure Card Game en font un titre incontournable pour tous les amateurs du genre – et sur lequel on espère revenir régulièrement au fil des mises à jour.

Techniquement, le jeu s’en sort également plutôt bien avec des musiques épiques et une très jolie direction artistique. Il ne faut toutefois pas s’attendre à s’en mettre plein les yeux puisque le titre reste une petite production.

Conclusion

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis la sortie en accès anticipé de The Lord of the Rings Adventure Card Game sur PC. Asmodee s’est débarrassé du système de microtransactions pour proposer un modèle uniquement premium, corrigeant l’un des plus gros reproches formulé au jeu. L’éditeur a également considérablement enrichi le contenu du titre, ajoutant de multiples quêtes et cartes à jouer. S’il n’a toujours pas l’allure d’un Thronebreaker, The Lord of the Rings Adventure Card Game propose une expérience de jeu très riche. Le titre d’Asmodee se distingue des autres jeux de cartes narratifs par ses mécanismes de jeu uniques et la présence d’un mode coop, terriblement efficace. L’éditeur promet l’ajout de multiples extensions qui feront vivre la communauté du jeu. En attendant, le contenu est déjà assez riche pour passer de très bons moments en compagnie de Bilbon et de toute sa clique. Pour les amateurs du genre, le titre mérite le détour, malgré son tarif un poil élevé. Bonne nouvelle toutefois pour les joueurs Xbox : le jeu est intégré à l’offre Gamepass.

The Lord of the Rings Adventure Card Game

7.1

Gameplay

8.0/10

Contenu

6.5/10

Graphismes

6.5/10

Bande son

7.5/10

Finition

7.0/10

Les + :

  • Terriblement addictif
  • Quelques très bonnes idées, des chapitres découpés en plusieurs missions aux mécanismes de jeu
  • La superbe direction artistique
  • Une très bonne bande son

Les - :

  • Un tarif un poil élevé (25€)
  • Un contenu encore assez limité
  • Graphiquement, ce n'est pas une claque
  • La narration n'est pas des plus excitante