Après de nombreux tests, le gouvernement chinois a officiellement lancé le déploiement national de la 5G, en collaboration avec les trois plus gros opérateurs mobiles du pays.

Malgré les tensions avec les États-Unis et les accusations d’espionnage via ses structures de télécommunications, la Chine ne souhaite pas perdre la face et tente de démontrer qu’elle est capable de supporter et de déployer rapidement la technologie 5G. La Chine espère toujours faire partie des premiers pays à proposer la 5G à l’ensemble de la population – même si elle a déjà perdu la course face à la Corée du Sud. Avec près d’un an d’avance sur l’agenda, le gouvernement chinois a récemment lancé le déploiement national de ce nouveau réseau.

Trois des plus grands opérateurs mobiles que sont China Mobile, China Télécom et China Unicom proposeront la 5G dans leurs abonnements à travers une cinquantaine de grandes villes (Pékin, Shanghai, Shenzhen, etc.), révèlent nos confrères de Les Echos. Un déploiement et une disponibilité qui feront du réseau chinois le plus grand réseau 5G du monde.

Pour développer ce nouveau réseau sur le territoire, 80.000 stations de base ont déjà été installées dans le pays et 45.000 de plus seront implantées avant la fin de l’année dans les principales villes chinoises.

Les opérateurs mobiles se sont mis d’accord sur une grille de tarifs. Ainsi, les 3 plus grands acteurs du marché proposeront une gamme de prix similaires, soit de 128 yuans (16 €) pour 30 Go et de 598 yuans (76 €) pour 300 Go. Des tarifs très intéressants, comparables à ce qui se fait actuellement avec les abonnements 4G, mais qui offriront pourtant des vitesses de surf beaucoup plus rapides.

Selon les estimations du cabinet d’analyse Jefferies – questionné par Les Echos -, les 10 millions d’abonnés préinscrits pour profiter de ce réseau passeront à 110 millions d’ici la fin 2020.