Attendu au tournant par les nombreux fans de la franchise, Plants vs Zombies Battle for Neighborville tente de remettre au goût du jour une franchise qui s’était laissée dépasser par le succès des nombreux free-to-play multijoueurs… 

S’ils avaient connu un succès mitigé, les deux premiers Garden Warfare étaient parvenus à générer l’enthousiasme d’une jolie communauté de joueurs. Les deux titres avaient toutefois beaucoup souffert de l’arrivée des nombreux battle royale et free-to-play multijoueurs sur PC et consoles. Pour PopCap Games, il était temps de réinventer la série.

Si les fans attendaient un Garden Warfare 3, le studio canadien a choisi de repartir d’une feuille blanche pour ce nouveau volet, baptisé Battle for Neighborville, qui se veut beaucoup plus moderne que ses ancêtres.

L’univers coloré de Plants vs Zombies fait toujours son petit effet.

Pour autant, ne nous voilons pas la face, Battle for Neighborville n’est ni plus ni moins qu’un Garden Warfare 3 déguisé. Certes, les mécanismes du jeu, l’équilibrage et le contenu ont été revus, mais le concept reste le même et le gameplay n’a que très peu évolué. On se retrouve donc face à un jeu de tir multijoueur qui se joue en équipe, dans lequel on incarne au choix un zombie ou une plante, et on s’affronte dans des parties à 12 contre 12 sur des cartes de taille relativement impressionnante.

La particularité de Battle for Neighborville, par rapport à ses ainés, c’est que le jeu ne se cantonne pas à du PvP mais offre aussi du PvE avec un mode coop très efficace qui peut également se parcourir en solitaire. On découvre ici 3 zones de jeu, avec 3 campagnes distinctes – Mount Steep, Weirding Woods et Town Center. Chaque zone propose sont lot de missions, d’objets à collecter et de boss à éliminer. La bonne nouvelle, c’est que ce mode PvE n’est pas un simple gadget destiné à faire du remplissage. On sent que de véritables efforts ont été réalisés pour rendre ce mode de jeu efficace et prenant, en particulier en coop. L’I.A. des ennemis est suffisamment développée pour vous donner du fil à retordre, les combats de boss exigent un peu de skill et globalement on s’amuse plutôt bien dans ce mode de jeu. Certes, on ne vous conseillerait pas d’acheter le jeu uniquement pour ledit mode, mais entre deux parties multijoueurs, le mode PvE fait son petit effet.

Graphiquement, le jeu est superbe.

Pour le reste, on retrouve tout ce qui a fait le succès des Garden Warfare, avec toutefois quelques évolutions notables. Tout d’abord, l’intégralité du contenu est désormais accessible depuis un hub central, qui s’apparente à un gigantesque menu interactif. Depuis ce charmant petit village, vous pourrez personnaliser le skin de votre personnage, vous lancer dans le mode aventure ou partir en guerre dans le mode PvP. Ce qui manque d’entrée de jeu, c’est le talent des développeurs pour nous immerger dans un univers totalement cartoonesque dans lequel on se sent comme chez soi dès la première minute de jeu.

Une fois que vous aurez passé le didacticiel et que vous vous serez essayé à quelques parties en coop pour vous familiariser avec les commandes du jeu, vous vous lancerez enfin dans le mode PvP, qui propose une belle diversité de modes de jeu, avec bien sûr du Team Deathmatch  (8vs8) mais aussi le mode Turf Takeover (en 12vs12), qui alterne les objectifs, le mode Gnome Bomb et le plus surprenant Battle Arena, qui propose à 8 joueurs de s’affronter avec à chaque fois une seule vie par personnage, tout en les forçant à incarner à tour de rôle différentes classes. Globalement, on en a pour son argent, même si on déplorera un certain manque de nouveautés par rapport aux précédents épisodes.

Vous aurez le choix entre incarner un zombie ou une plante.

La bonne nouvelle, c’est que du côté des cartes, la diversité est bien là et l’originalité aussi. De la petite ville portuaire à la forêt en passant par la bourgade, le jeu vous catapultera sur de multiples champs de bataille, pour la plupart assez vastes et très bien pensés dans la mesure où ceux-ci offrent de nombreux points de passage pour changer le cours d’une partie et prendre à revers ses adversaires.

Côté gameplay, les sensations se rapprochent des précédents épisodes, sauf pour ce qui est de la visée, qui nous a paru plus imprécise malheureusement. Les différents personnages se dirigent de façon très rigide par rapport à un FPS / TPS traditionnel, et le rythme de jeu est relativement lent. Attention toutefois à ne pas utiliser de raccourcis…. Car ce n’est pas pour autant que Plants vs Zombies est un jeu qui se destine à une audience jeune. Le titre de PopCap Games exige une bonne dose de skill, l’usage de nombreuses capacités secondaires en cours de partie, un peu de stratégie et beaucoup, BEAUCOUP de teamplay. N’espérez pas remporter une partie en vous la jouant solo. La victoire passe d’office par le jeu en équipe. Ici, foncer seul tête baissée contre un groupe d’ennemis vous guidera droit au cimetière. La complémentarité des classes offre un gros bonus à ceux qui jouent en équipe. Dans la pratique, on verra ainsi des unités d’attaque secondées par des médics & unités de soutien.

Les classes sont nombreuses dans les deux clans.

Au total, on retrouve 20 personnages différents à incarner, 10 dans chaque rang. Si le feeling est globalement le même, les habitués seront quelque peu déphasés par la simplification des classes. D’un côté, ça a le mérite de simplifier un peu le line-up. De l’autre, certains joueurs auront du mal à reprendre leurs marques. Le nouveau système de skill n’est pas non plus totalement convaincant. Ces compétences pourront être équipées pour personnaliser les attaques de chaque unité. Le joueur peut choisir quelles compétences équiper en cours de partie et ainsi adapter sa façon de jouer. Le concept est intéressant, mais a tendance à complexifier un peu trop le gameplay.

Autre regret qui concerne toujours le gameplay : l’équilibrage des classes pose un peu question. Certaines unités restent beaucoup plus efficaces que d’autres. Alors oui, Popcap a déjà procédé à quelques modifications à ce niveau en upgradant certaines classes et en ajoutant des perks à d’autres, mais l’équilibre parfait n’a pas encore été trouvé…

Terriblement efficace, Plants vs Zombies Battle for Neighborville manque toutefois de ce petit quelque chose qui en aurait fait un hit instantané. Le jeu compense ses petits défauts avec un prix de vente très attractif – il ne faudra débourser que 39€ pour en faire l’acquisition.

Pour le reste, difficile de ne pas être séduit par la réalisation majestueuse du jeu, absolument superbe en 4K et HDR. Les décors sont magnifiques, les effets visuels très réussis et la direction artistique du jeu toujours aussi inspirée. Malgré son statut de jeu à petit budget, Battle for Neighborville a l’apparence d’un titrez triple-A et fait plaisir à voir.

Malheureusement, le résultat n’est pas au même niveau en ce qui concerne la bande sonore, très banale, qui multiplie les cris stridents et les musiques peu inspirées. On aurait très clairement pu s’attendre à mieux.

Conclusion

S’il est un cran en-dessous de son ancêtre, l’excellent Garden Warfare 2, Battle for Neighborville n’en reste pas moins un TPS multijoueur très efficace, qui séduit outre par son univers coloré par ses superbes graphismes et ses quelques petites nouveautés intelligentes, à l’image de son nouveau mode coop très efficace ou du nouveau hub. Si vous n’aviez jamais touché à un Plants vs Zombies sur consoles auparavant, Battle for Neighborville est l’opus idéal : le jeu est plus accessible que ses ainés mais aussi beaucoup plus ambitieux. On lui reprochera toutefois un contenu assez limité au lancement, des commandes encore trop imprécises et quelques petits soucis d’équilibrage… que l’on espère voir corrigées au fil des mises à jour!

Plants vs Zombies Battle for Neighborville

7.1

Gameplay

7.0/10

Contenu

7.0/10

Graphismes

8.5/10

Bande son

6.0/10

Finition

7.0/10

Les + :

  • Une réalisation superbe
  • Un nombre impressionnant de classes
  • Un prix doux : 39€
  • C'est fun!
  • Un mode coop efficace

Les - :

  • Les skills
  • Une bande sonore au second plan
  • Des commandes trop imprécises
  • Quelques soucis d'équilibrage