Le matériau a été mis au point accidentellement par le MIT.

À l’origine de cette découverte, une expérience scientifique dont l’objectif était de cultiver des nanotubes de carbone sur des matériaux conducteurs afin d’augmenter leurs propriétés électriques et thermiques. Malheureusement – ou non -, l’expérience n’a pas donné le résultat escompté. À la place, les chercheurs du MIT ont constaté avoir créé un matériau d’un noir intense.

Un mal pour un bien donc, puisque ce matériau pourrait avoir une grande utilité dans le domaine de l’astronomie.

Constatant leur erreur, ce n’est qu’après avoir mesuré la réflectance optique – la proportion de lumière réfléchie par la surface d’un matériau – que l’équipe de scientifiques s’est rendu compte de ce qu’elle venait de créer : le matériau le plus noir jamais créé, absorbant 99,995% de la lumière entrante.

Cette découverte, au-delà de l’aspect sensationnel, pourrait avoir des applications pratiques très utiles pour les astronomes. En effet, placé dans des lentilles optiques qui réduisent l’éblouissement, ce matériau pourrait permettre aux télescopes spatiaux de repérer des exoplanètes plus aisément.

« Cette découverte pourrait bien être utile dans le domaine de l’aérospatial. Notre matériau est 10 fois plus noir que tout ce qui a été rapporté jusqu’ici. Comme la science évolue constamment, je suis persuadé qu’un jour, quelqu’un trouvera un matériau plus noir. Finalement, nous comprendrons peut-être comment créer un noir ultime », explique Brian Wardle, professeur d’aéronautique au MIT.

Pour l’instant, la trouvaille du MIT fait l’objet d’une exposition à la Bourse de New York. Intitulée « The Redemption of Vanity », l’œuvre prend la forme d’un diamant doré de 16,78 carats qui a été recouvert de ce noir intense qui permet de souligner le contraste important entre les deux matériaux.