Portée par trois Belges, GiveActions est une plateforme qui veut aider l’environnement en mettant en contact des utilisateurs, des entreprises vertes et sociales et des associations qui ont besoin de soutien financier.

Cela permet aux utilisateurs d’avoir un impact au quotidien sur la planète et la société, en aidant des projets associatifs à se réaliser”, voilà l’objectif de la startup GiveActions. Les utilisateurs peuvent réaliser des actions en ligne. Ces actions sont transformées en soutien à des associations ou ONG qui ont besoin de financements. La startup oublie son système initial de « points », pour faire son entrée sur l’App Store.

Des dons prédéfinis

Avant cette semaine, les utilisateurs accumulaient des points lorsqu’ils réalisaient des actions. Ces actions consistaient à regarder une vidéo sponsorisée ou répondre à un rapide quiz de deux questions. “Comme découvrir une vidéo sponsorisée ou répondre à un quiz”, selon Maxime Van der Meerschen, cofondateur de la startup. Mais les règles ont changé. “Nous avons en effet modifié quelque peu le système pour satisfaire aux critères d’admission d’Apple”, explique le cofondateur. L’utilisateur n’obtient plus de points, il doit choisir à l’avance le projet auquel l’argent récolté sera donné.

Les projets à soutenir sont sélectionnés par les fondateurs. Au moment où nous écrivons ces lignes, les utilisateurs peuvent aider à planter un arbre pour aider la Société Royale Forestière de Belgique à “protéger la forêt et soutenir ses fonctions”. Ou encore, participer au financement de repas pour l’ASBL l’Ilot qui “a pour mission de répondre aux besoins rencontrés par les personnes sans abri et en situation de grande précarité“. Les associations sont triées comme l’explique Maxime Van der Meerschen : “Elles doivent avoir des projets concrets, permettant d’avoir des objectifs de type « x arbres plantés » ou « x heures de cours offerts à des élèves en difficulté scolaire »”. Car selon eux, “cela parle plus aux gens qui, souvent, sont dérangés par le fait de ne pas savoir où va le don“.

Les quiz et vidéos sponsorisés sont également sélectionnés en fonction des entreprises. Côté quiz, les questions posées sont faites pour “sensibiliser l’utilisateur à une problématique environnementale ou sociale” explique le cofondateur. Pour les vidéos, les cofondateurs ont “fait le choix engagé de ne choisir que des entreprises vertes et sociales, à savoir des entreprises qui agissent au niveau environnemental et social“. Ce qui signifie que la startup doit compter sur une large communauté d’utilisateurs.

Une communauté plus que nécessaire

L’objectif est de créer un écosystème d’acteurs engagés socialement ou écologiquement. Maxime souligne qu’il “serait contre nos valeurs de mettre en avant des entreprises comme Coca-Cola ou Unilever qui n’utilisent l’écologie que pour plaire aux marchés plus développés comme la Belgique. C’est donc un parti pris qui nous limite fortement au niveau financier”.

En effet, la startup conserve la moitié des montants publicitaires des entreprises. Concrètement, “si une entreprise paie 20 centimes la vue de la vidéo, 10 centimes seront donc reversés aux associations, et 10 centimes seront conservés par GiveActions“. Pour être financièrement viable, la startup doit donc compter sur un grand nombre d’utilisateurs : “c’est pourquoi la création de la communauté sera notre principal focus sur les mois à venir“.

Pour tester de manière plus optimale le concept” les cofondateurs recommandent d’utiliser l’application pour l’instant, qui est plus développée que la plateforme en ligne. “Nous sommes assez satisfaits du rendu sur l’application, par contre le site n’est pas encore optimal à notre goût“.