Le salon des nouvelles technologies ouvrira ses portes le 6 septembre, à Berlin.

S’il y a 5 ans, l’IFA était l’un des salons incontournables pour tous les géants du tech, rares sont aujourd’hui les constructeurs à encore y donner rendez-vous à la presse. Gigantesque succès populaire, le salon a toutefois perdu de son intérêt pour les clients business, s’ancrant toujours davantage dans le local.

Après Samsung, c’était ainsi au tour du géant chinois Huawei de prendre ses distances avec le salon l’an dernier. Comme son rival coréen, Huawei ne réserve plus d’annonce majeure pour sa keynote à l’IFA. Les flagships sont désormais présentés lors d’événements dédiés.

Il faut dire que le timing des dernières éditions a largement contribué à l’exode des géants du tech. Confronté à la keynote annuelle d’Apple, au cours de laquelle l’entreprise américaine présente ses nouveaux iPhone, l’IFA a de plus en plus tendance à être relégué au second plan par la presse. L’abandon progressif de l’événement par les deux géants chinois témoigne d’une tendance généralisée. Car aujourd’hui, seuls les plus petits constructeurs assurent encore le show.

Un rapide coup d’œil dans l’agenda suffit à confirmer la tendance : il n’y cette année strictement rien d’excitant à attendre du salon, pas une annonce majeure de produit, ni de présentation d’une technologie innovante. Le casting des keynotes ne donne guère plus envie avec la présence d’une seule pointure, le bien aimé Richard Yu, PDG de Huawei. Face au Mobile World Congress de Barcelone – le grand salon du mobile -, l’IFA fait désormais pâle figure.

Si le salon permettra toujours de prendre le pouls sur les dernières tendances du marché en Europe, son positionnement très grand public lui a retiré une certaine aura. La plupart des marques qui y seront présentes ont d’ailleurs déjà annoncé leur catalogue de nouveautés en amont du salon. Le show n’est désormais plus utilisé que pour une seule raison : vendre ses produits aux consommateurs allemands et potentiellement attirer le regard d’un distributeur local.