La firme de Mountain View vient d’annoncer avoir fait le ménage sur sa boutique en ligne d’applications. En cause, un ou plusieurs adwares se cachaient dans leur code APK.

Parmi les 85 applications, on retrouve des jeux mobiles, ainsi que des apps très populaires dédiées à la photo. Le problème a été révélé par la société de sécurité japonaise Trend Micro qui a indiqué dans son rapport qu’il s’agissait d’un virus de type adware, un logiciel malveillant qui diffusait des publicités en quantité.

Si les applications disponibles sur le Play Store peuvent afficher de la publicité, dans le cas d’un adware, la quantité de pubs est importante, voire handicapante, pour l’utilisation d’un smartphone. En effet, les adwares peuvent diffuser énormément de publicités, même quand l’application dans laquelle ils se cachent est fermée. Les publicités peuvent même s’afficher sur l’écran de veille du smartphone. Dans certains cas, la publicité peut aussi interrompre l’utilisation normale du téléphone pendant plusieurs minutes ce qui peut véritablement rendre le smartphone inutilisable.

Dans le cas de l’adware visé par Google, celui-ci s’arrangeait pour remplacer les icônes des applications par des raccourcis ce qui rendait leur suppression plus difficile.

Bien que l’adware en question se trouvait dans certaines applications très populaires – dont certaines téléchargées plus d’un million de fois –, celui-ci n’affectait que les anciennes versions d’Android, notamment Android 8.0. C’est à partir de cette version que le système demandait aux utilisateurs la confirmation pour installer des raccourcis.

Suite au rapport de Trend Micro, Google a supprimé les applications infectées de son Play Store.