Il n’y avait que le Japon pour pousser à ce point l’utilisation des robots durant les Jeux olympiques et paralympiques à venir. C’est Toyota, partenaire du comité nippon, qui est en charge du développement robotique de l’événement. Et on peut dire que la société n’a pas fait les choses à moitié, puisqu’elle propose six robots différents pour les jeux de 2020.

Dans un an se tiendront les 32e J.O et les 17e jeux paralympiques à Tokyo. La ville a pris Toyota comme principal partenaire pour l’organisation de cette compétition internationale.  Et pour cela, le constructeur japonais participe activement au Tokyo 2020 Robot Project. Un projet mené par le comité olympique nippon, en association avec le gouvernement et les experts en robotique. Une belle vitrine pour Toyota qui va en profiter pour montrer tout le talent des ingénieurs maison.

Les mascottes Miraitowa et SomeityMiraitowa et Someity

Ce sont six robots différents que la firme japonaise compte présenter durant les prochains jeux paralympiques de 2020. Les plus kawaii d’entre eux sont sans nul doute les deux mascottes répondant aux noms de Miraitowa (en bleu) et Someity (en rose). Leurs tâches seront d’accueillir les compétiteurs sur les différents sites, ainsi que les spectateurs. Grâce à leur caméra intégrée, ils pourront reconnaître chacune des personnes à proximité et interagir avec elles. Toutefois, la dizaine des robots-mascottes, déployés dans et à proximité du stade, ne pourra ni parler ni se déplacer seule. Toyota serait tout de même en train d’étudier la possibilité de le commercialiser en l’adaptant aux enfants. Ils pourraient alors peut-être se déplacer et parler.

Un robot humanoïde pour parler avec les athlètes

À côté de ces mignons petits robots, les spectateurs pourront interagir avec le robot humanoïde T-HR3. Lui est capable de reproduire les sons et les mouvements. Il servira de ce fait d’outil pour discuter avec des athlètes qui se trouvent à l’autre bout du stade, pour leur faire un high-file. En gros, leur faire connaître une sensation proche d’une vraie discussion avec un humain

FSR, l’assistant de pelouse.

Le troisième robot, le FSR (Field Support Robot), sera un assistant de terrain autonome. Il aura pour fonction de récupérer les javelots, marteaux et autres disques sur la pelouse, avant de les ramener aux athlètes. Ce petit robot est censé réduire le temps d’attente ainsi que le nombre d’effectifs humains.

Crédit : Toyota

La présence à distance grâce au T-TR1

Le T-TR1, est un robot de téléprésence mobile qui permettra aux personnes qui ne peuvent aller jusqu’au stade d’être présentes virtuellement. Le robot comporte deux caméras, une à hauteur d’homme et une seconde, plus large, dans le bas. Les (rares) personnes qui pourront s’offrir les services du T-TR1 pourront alors parler avec les spectateurs, voire même les athlètes, depuis chez eux. Et évidemment, ils seront capables de voir l’événement en direct.

Crédit : Toyota

Assistance aux personnes à mobilité réduite

Les deux derniers robots sont des assistants aux personnes à mobilité réduite. Le DSR (Delivery Support Robot) leur permettra de commander de na nourriture, ou des boissons, sans avoir à (difficilement) se déplacer dans la foule. Il suffira de passer commande sur les tablettes dédiées au sein du stade, et le robot se chargera du reste. Le HSR (Human Support Robot), quant à lui, permettra aux personnes à mobilité réduite d’être acheminées jusqu’à leur siège. Il pourra aussi porter des marchandises légères. Ces deux robots-assistants seront au nombre de 500, disséminés dans tout le stade, et pourront assister plus de 1.000 spectateurs durant les Jeux olympiques et les jeux paralympiques.

Crédit : Toyota