Des scientifiques du célèbre Institut de Technologies du Massachusetts (MIT) ont mis au point un nouveau type de fibre musculaire synthétique. Inspirée du concombre, celle-ci pourrait être une véritable révolution pour le domaine des prothèses et de la robotique. 

C’est à travers une étude publiée dans la célèbre revue scientifique Science qu’une équipe de chercheurs du MIT a expliqué leur travail. Ils ont trouvé leur inspiration dans la manière dont les concombres ont recourt à un mécanisme particulier pour capter un maximum de soleil afin de se développer. La plante va créer une sorte de tige ou de rameau qui va lui permettre de s’accrocher à un support en hauteur. L’objectif étant de « tirer » le reste de la plante afin d’avoir un meilleur ensoleillement.

C’est ce mécanisme, commun à d’autres végétaux, qui a inspiré l’équipe du MIT. Les chercheurs ont repris le concept de fibre contractile qui peut se tendre et de se détendre en vrillant sur elle même et ont mis au point un nouveau type de fibre contractile artificielle faisant office de fibre musculaire synthétique. Une forme de technologie qui pourrait être utilisée pour élaborer des prothèses plus perfectionnées et réalistes ou dans le domaine de la robotique.

L’utilisation de cette nouvelle fibre synthétique pourrait être une véritable révolution dans le domaine des prothèses. Aujourd’hui, ces dernières présentent encore de nombreux défauts, notamment leur poids, et le nouveau polymère pourrait être une très bonne alternative.

En effet, selon les scientifiques qui l’ont mise au point – et sans rentrer dans les détails techniques -, cette fibre musculaire synthétique est beaucoup plus légère que les mécanismes utilisés dans les prothèses actuelles. Par ailleurs, elle permet une contraction beaucoup plus rapidement qu’avec un système hydraulique à base de pistons. Elle serait également très résistante, pouvant soulever jusqu’à 650 fois leur poids. Enfin, les chercheurs estiment que leur polymère aurait une durée de vie importante.

Une avancée technologie très prometteuse qui devrait prendre quelques années avant d’être opérationnelle et de se retrouver sur des prothèses. Au-delà de sa date de disponibilité, la question du coût se pose également. La plupart des avancées technologiques prothétiques coûtent extrêmement cher. On peut espérer que cette fibre révolutionnaire le soit aussi au niveau financier et donc, accessible à un plus grand nombre de personnes dans le besoin.