Un implant cérébral capable d’améliorer la mémoire vient d’être testé par des scientifiques. Les premiers essais s’avèrent concluants, mais une mise sur le marché n’est pas encore prévue pour le moment.

Appuyés par le département de la défense américaine et l’entreprise médicale Medtronic, des scientifiques ont mis au point un implant cérébral capable d’améliorer la mémoire. Ce dispositif, qui a reçu 77 millions de dollars d’investissement, a pour but de rétablir la mémoire des personnes souffrant de lésions traumatiques cérébrales, selon le site BNN Bloomberg.

Connecté au cortex temporal gauche, l’appareil créé par le professeur en psychologie, Michael Kahana, surveille l’activité électrique du cerveau. Si le fonctionnement de celui-ci venait à être sous-optimal, le dispositif renforcerait le signal et appuierait la formation de la mémoire. Les deux premières études se sont montrées concluantes. Les scientifiques ont pu constater une augmentation de la mémoire entre 15 et 18%, dans un premier temps, et de 37% lors du second test.

Trouver une défaillance grâce aux neurones

Interrogé par le site Bloomberg, le professeur Kahana explique sa démarche : “Nous agissons comme les météorologistes. Ceux-ci prédisent la météo en mettant dans l’environnement des capteurs qui mesurent l’humidité, la vitesse du vent et la température. Nous mettons le dispositif dans le cerveau et mesurons les signaux électriques“.

Les neurones transmettent des codes spécifiques, créant des mémoires. Ces codes varient en fonction des individus et c’est grâce à eux que les scientifiques peuvent savoir si un cerveau est défaillant. Theodore Berger, professeur de bio-ingénieurerie à l’Université de Californie du Sud, a développé un modèle mathématique pour décoder le déclenchement neuronal. Cet outil important a été utilisé par les scientifiques qui ont créé l’implant cérébral.

Un start-up veut commercialiser l’implant

Ce dispositif a été testé sur des personnes épileptiques qui avaient déjà des électrodes implantées dans le cerveau. Selon Bloomberg, les anciens combattants seraient les premiers à bénéficier de cet implant. Il pourrait d’ailleurs être utilisé pour traiter les victimes d’AVC et de la maladie d’Alzheimer.

Une innovation qui donne de l’espoir aux personnes touchées par des lésions traumatiques cérébrales, ou par leur entourage. Toutefois, une sortie publique n’est pas encore à l’ordre du jour. Pour l’instant, si les résultats sont concluants, le dispositif ne tiendrait pas correctement dans le crâne. Une start-up appelée Nia Therapeutics cherche malgré tout une stratégie de commercialisation du produit.