L’essor des VPN ne semble pas plaire à tout le monde. La Russie vient d’annoncer  que certains d’entre eux allaient être interdits dans le pays.

On n’explique plus ce que sont les VPN tant leur usage est devenu courant. Mais si vous vous rendez en Russie, soyez prêt à ne plus y avoir accès. Le pays va bientôt bloquer certains des plus gros services de réseaux privés virtuels.

Ce blocage vient d’un refus de ces VPN d’accepter la liste noire proposée par la Russie. Elle demande que certains sites déjà bannis du territoire le soient également sur les appareils utilisant un VPN. Un blocage qui va à l’encontre du principe des réseaux privés.

Face à ce refus, Alexander Zharov, à la tête des services des télécoms, a annoncé que neuf VPN majeurs allaient être bloqués s’ils n’acceptaient pas la liste noire. La Russie a demandé à dix services de se soumettre à cette règle et un seul a accepté. Cela n’étonnera personne, c’est le VPN Kaspersky qui a accepté. On peut penser que ce dernier n’a pas vraiment eu le choix, étant basé sur le territoire de Poutine.

Les VPN résistent

Les fournisseurs qui ont refusé ne se sont pas contentés de ça et ont déclaré qu’ils résisteraient à la pression. Pour ne citer qu’eux, VyprVPN, TorGuard, IPVanish ou encore OpenVPN, sont parmi les rebelles. Les chiens de garde des télécoms russes annoncent donc que ces services seront bloqués dans le courant du mois. Les fournisseurs de réseaux devront ainsi trouver un moyen d’empêcher leurs clients d’y avoir accès.

Ce n’est pas la première fois qu’il est question d’interdire des VPN sur le territoire russe. En 2017, Vladimir Poutine promulguait déjà une loi visant à les bannir.