La startup spécialiste des impressions 3D d’orthèse veut s’étendre.

Spentys propose des orthèses sur-mesure, pour aider des patients à se remettre d’une fracture par exemple. Ces orthèses sont créés à partir d’une imprimante 3D. Une orthèse est un appareillage orthopédique. Placé sur une articulation, elle permet de corriger une fonction déficiente ou stabilise une articulation pendant une phase de guérison (pas vouée à remplacer un membre manquant). Louis-Philippe Broze, cofondateur, explique devant les caméras de CanalZ que ce genre d’attelle aide “pour des pathologies chroniques ou des pathologies post-traumatiques, pendant toute la phase de rééducation”.

La startup made in Belgium a levé 750 000 euros en début d’année. Basée à Bruxelles, Spentys compte déjà 500 orthèses à son actif. Deux nouvelles unités de production devraient voir le jour grâce à cette levée de fonds : une première aux Pays-Bas mais aussi une seconde en Suisse. “On a reçu les certifications européennes pour vendre le produit dans tous les hôpitaux et toutes les institutions médicales en Europe”, souligne le cofondateur Florian De Boeck pour CanalZ. L’objectif maintenant c’est de prouver que la solution peut être industrialisée pour s’étendre en Europe.

Concrètement, comment ça fonctionne ? Après un scan du membre du patient en 3D, l’équipe de Spentys peut obtenir les mesures du membre du patient. Grâce à cela, une représentation 3D sur mesure peut être créée. Spentys n’a plus qu’à concrétiser l’élément à l’aide d’une imprimante 3D.

L’équipe compte désormais une quinzaine de personnes. Une seconde levée de fonds est déjà prévue en mars 2020.