Avec l’arrivée de nouvelles plateformes de streaming (Disney+ et Apple TV+), l’écosystème des services de vidéos à la demande est en train de changer. Une nouvelle offre qui bouscule le fonctionnement des plateformes actuelles, notamment Netflix qui va devoir revoir sa manière de fonctionner.

Avec ses 148,8 millions d’abonnés à travers le monde, Netflix est assurément le leader du marché des services de streaming vidéo, mais celui-ci pourrait bien être déstabilisé avec l’arrivée de nouveaux gros acteurs sur ce marché. De nouveaux concurrents certes, mais ils sont surtout synonymes de la (potentielle) disparition de séries cultes du catalogue.

En effet, bien que le géant américain dispose de nombreux contenus exclusifs, ceux-ci ne sont pas encore – et ne le deviendront peut-être pas – des séries ou films cultes, tels que Friends ou The Office. Ces dernières appartiennent à des groupes américains qui louent les droits de diffusion de leurs séries pour une période limitée. Le Wall Street Journal vient d’ailleurs de publier une enquête révélant combien l’audience de Friends et The Office sur Netflix était élevée aux États-Unis.

L’impact de ces séries pour Netflix est tel qu’il n’hésite pas à débourser des sommes astronomiques pour récupérer les droits. Rien que pour Friends, Netflix a déboursé 100 millions de dollars rien pour l’année 2019.

Une audience élevée et stable

Les séries américaines cultes que sont Friends et The Office ne subissent pas de perte d’intérêt de la part des fans dans le temps. Elles continuent d’être visionnées tout le long de l’année, contrairement aux productions exclusives des plateformes qui connaissent un pic de popularité et d’audience au moment de leur sortie, notamment Stranger Things.

Au final, les deux séries comptabilisent plus de minutes de visionnage que Stranger Things sur un an.

Bien qu’intéressante, l’enquête du Wall Street Journal comporte tout de même quelques biais. En effet, elle ne tient compte que des 60 millions d’abonnés payants américains, soit 40% des abonnés Netflix. Les habitudes de visionnage des 60% autres abonnés ne sont pas prises en compte et pourraient bien être totalement différentes. Par ailleurs, les chiffres ne sont pas officiels étant donné que le service de streaming refuse de partager ces informations.

Mais étant donné la somme déboursée par Netflix pour obtenir Friends, on imagine bien que la série représente bel et bien une plus-value importante pour la plateforme.

Nouveaux services, adieux séries cultes

Or, le groupe WarnerMedia, qui dispose des droits de la série, compte également lancer son propre service de streaming cette année. Il pourrait bien décider de ne plus louer les droits de diffusion de Friends et proposer la série en exclusivité sur sa plateforme. Un destin que pourrait également subir The Office, détenue par NBC Universal qui compte également proposer son service de streaming en 2020, gratuit et reposant sur la publicité.

Un processus qu’on a déjà pu observer avec Disney qui a retiré petit à petit ses séries Marvel du catalogue de Netflix avec l’ambition de promouvoir ses futures séries tirées du même univers sur sa plateforme de streaming, Disney+.

Face à cette situation, Netflix et les actuels services de streaming pourraient changer de stratégie étant donné que les pics d’audience de leurs contenus exclusifs ne correspondent qu’au moment de leur sortie. Ceux-ci pourraient envisager d’autres solutions pour réguler cette audience sur le long terme, voire produire encore plus de séries et films exclusifs, mais cette solution-ci pourrait les mettre en difficulté financière étant donné que la production et réalisation coûtent rapidement plus cher que ce que les abonnements ne rapportent.