La saga Etrian Odyssey revient sur 3DS avec un dernier et ultime épisode sur cette plate-forme. Pour cette occasion, Atlus a conçu un épisode un peu particulier qui reprend de nombreux éléments des précédents épisodes. 

Etrian Odyssey Nexus est un épisode à part dans la série et prend plutôt la forme d’un titre “All Star”. Sinon, tous les éléments des précédents épisodes sont présents dans ce RPG dungeon crawler, où l’exploration de donjons est au cœur du gameplay.

Pour y parvenir, il faut donc réunir une équipe qui peut aller jusqu’à 5 personnages. Pour la composer, il est possible de piocher parmi toutes les classes de combattants sorties jusqu’à présent. Les nouveautés sont assez maigres de ce côté-là puisqu’une seule nouvelle classe est à dénoter. Par contre, le contenu est assez riche et les possibilités de customisation sont nombreuses. Chaque classe de combattants ayant un rôle et des habilités bien particulières, il va de soi qu’il est plus qu’essentiel de former une équipe équilibrée avec des talents complémentaires.

Etrian Odyssey Nexus

La série des Etrian Odyssey n’a jamais été une série reconnue pour la richesse de son intrigue et de ses scénarios et cet épisode Nexus ne déroge pas à la règle. L’intérêt du titre est tout autre et réside en son système d’exploration de donjons. Cet épisode Nexus en possède d’ailleurs 13. L’exploration des donjons est assez particulière en offrant des possibilités cartographiques. Le titre exploite au maximum l’écran tactile en permettant de compléter la carte au fur et à mesure de ses explorations. Fort heureusement, il est possible de rendre cette complétion automatique.

Qui dit donjon, dit monstre et les combats sont donc monnaie courante dans l’aventure que réserve le titre d’Atlus. Les combats sont déclenchés au bout d’un certain nombre de pas effectués, avec d’ailleurs une indication présente à l’écran indiquant le nombre de pas avant le prochain combat. Les ennemis à affronter sont déterminés de manière aléatoire, il ne faut donc pas s’attendre à pouvoir esquiver les rencontres via l’écran d’exploration du donjon. Exception faite des FOE, des monstres surpuissants qui nécessitent une équipe expérimentée et bien équipée. Le système de combat est quant à lui vraiment oldschool et se déroule au tour par tour.

Niveau durée de vie, le titre réserve une aventure qui peut s’étendre de 30 à 40 heures de jeu. Cette durée dépend si l’on est un habitué ou non de la série ou de ce genre bien particulier de RPG. Il vaut mieux ne pas vouloir compter ses heures de jeu puisqu’il est essentiel d’accumuler beaucoup d’expérience afin de ne pas se retrouver bloqué face aux ennemis rencontrés. Le titre ne fait pas de cadeau, et ce, dès les premiers combats, mais une fois ces moments difficiles passés le reste, n’en devient que plus facile. Cependant, cette difficulté n’est pas toujours proportionnelle et il sera parfois possible d’essuyer quelques échecs avant de franchir ce cap.

C’est pour cette raison que mes concepteurs d’Etrian Odyssey Nexus n’ont pas voulu laisser de côté les joueurs les plus occasionnels en rendant le titre plus accessible avec un mode de difficulté “Pique-Nique”. Dans ce mode de difficulté, les combats sont facilités à outrance afin de permettre au joueur de se concentrer sur l’histoire. Or, c’est bien dans ce côté exploration et combats que le titre révèle tout son potentiel. Même si l’on ne peut que saluer cette initiative, l’intérêt n’est que limité.

Les graphismes sont plutôt réussis malgré les limitations techniques liées à la 3DS. Il ne faut donc pas être trop regardant de ce côté-là, même si le titre d’Atlus reste appréciable sur bien des points et notamment sur sa direction artistique. Là où le titre se démarque le plus, c’est au niveau de sa bande originale. On ne peut que se délecter des œuvres de Yuzo Koshiro. Sinon, Etrian Odyssey Nexus propose enfin les doublages japonais en dehors des traditionnels doublages anglophones. D’ailleurs, le titre est intégralement en anglais et les frileux de la langue de Shakespeare devront faire avec, ou passer leur chemin.

Conclusion

Atlus a voulu clôturer la série initiée sur 3D avec un épisode un peu particulier. Etrian Odyssey Nexus consiste en effet en un opus “All-Star”, regroupant toutes les classes des 4 précédentes itérations. Le titre consiste en un jeu de rôle axé sur l’exploration de donjons avec une composante de cartographie. Il est possible ici d’utiliser à son gré l’écran tactile afin de faire soi-même évoluer la carte des lieux. Fort heureusement, cette fonctionnalité ne reste que facultative et laisse donc tout loisir de s’y atteler ou non. Etrian Odyssey Nexus se révèle être un jeu assez exigeant, mais avec une difficulté en dent de scie, qui sera soit trop élevée, soit trop simple. Il ne faut donc pas avoir peur de passer de longues heures à récupérer de l’expérience lors des combats aléatoires afin d’améliorer son équipe. D’ailleurs, sa durée de vie est très honnête et devrait réserver un temps de jeu allant de 30 à 40 heures de jeu. Il est toutefois navrant de remarquer que le jeu se veut reprendre de trop nombreux éléments des précédents jeux. Cela vaut également pour le scénario, qui reste assez anecdotique. Malgré tout, cette itération reste bien réalisée, mais manque cruellement d’ambition et de panache. C’est d’autant plus dommage puisqu’il s’agit du dernier de la série sur 3DS et il aurait été sympathique de pouvoir retrouver un épisode hommage digne de ce nom.

Etrian Odyssey Nexus

7

Gameplay

6.5/10

Contenu

7.5/10

Graphismes

6.5/10

Bande son

8.0/10

Finition

6.5/10

Les + :

  • Un titre hommage à la série
  • Une excellente bande originale
  • Un très bon usage du double écran
  • Une bonne durée de vie

Les - :

  • Un scénario anecdotique
  • Une difficulté en dent de scie
  • Trop peu de nouveautés
  • Trop répétitif