Objets cultes des années 90, les cassettes audio sont aujourd’hui désuètes à l’heure du tout numérique. Pourtant, une irréductible startup bretonne s’est lancé le pari fou de les faire renaître. 

Un pari pas si fou que cela puisque la demande viendrait directement des clients de la petite entreprise. Spécialisée dans la fabrication de pistes magnétiques, Mulann Industries a l’habitude de confectionner des bandes d’enregistrement professionnel de 24 pistes pour ses clients, des musiciens et des ingénieurs du son, entre autres. Mais ce modèle s’avère assez encombrant à transporter. C’est de ce constat qu’est née l’idée de relancer la cassette audio. 

Jean-Luc Renou, patron de la startup, explique au journal Le Monde que « la vente cassettes s’est arrêtée brutalement il y a quinze à vingt ans avec l’émergence du CD, laissant derrière elle un stock énorme, qui s’épuise aujourd’hui sérieusement. Le secteur était occupé par des géants de l’industrie (Sony, MaxellMemorexTDK, BASF…) qui ne reviendront pas sur le marché, car celui-ci est désormais trop petit pour eux ». Une aubaine pour l’entrepreneur qui a lancé fin 2018 sa propre cassette audio vierge de deux fois 60 minutes, au prix de 3,49 euros. 

La récente résurrection de l’intérêt des amateurs de musique pour le vinyle n’est pas étrangère à la démarche de Jean-Luc Renou qui espère bien faire renaître le même intérêt pour les cassettes audio. 

Aujourd’hui, Mulann Industries vend quelques milliers de cassettes audio par mois via Internet. La startup espère augmenter ses ventes à 100.000 exemplaires par mois. Un pari réalisable selon le patron de la startup qui mise sur l’intérêt des jeunes pour les sonorités passées. « La plupart [des adolescents] n’ont jamais connu le son analogique. Comme pour le vinyle, il y a aussi sans doute, chez eux, le besoin de tenir entre ses mains un objet physique, dans un monde où la dématérialisation va bon train », insiste le PDG. 

La popularisation d’objets cultes du siècle passé a pu être aidée par l’apparition de séries et films majeurs se déroulant dans les années 80 et 90. Le cas de la série Stanger Things en est un parfait exemple, mais celui du film Les Gardiens de la Galaxie l’est également. En effet, dans le film tiré de l’univers Marvel, l’un des personnages principaux, Star-Lord, est très attaché à son baladeur et à ses compilations cassettes. Le pari de Mulann Industries pourrait donc bien s’avérer payant.