En Corée du Nord, les boutiques en ligne d’application n’existent pas. Il faut se rendre dans des magasins physiques pour télécharger telle ou telle application mobile.

Le régime autoritaire de Kim-Jong Un n’autorise pas les plateformes du type Google Play et App Store. Il n’est donc pas possible pour les Nord-Coréens de télécharger une application depuis un catalogue en ligne. Seule solution pour disposer des très contrôlées applications mobiles : se rendre dans un magasin physique.

Un étudiant australien qui suit des cours à l’Université de Pyongyang explique comment ces “magasins d’applis” fonctionnent, dans un post publié sur le site spécialisé NK News. Il s’agit de petite échoppe où le comptoir et les murs sont recouverts de publicités pour des applications. Et pour faire leur choix, les acheteurs ne peuvent pas consulter les avis des autres utilisations. Ici, c’est le vendeur qui vous conseille.

Une fois que le client a arrêté son choix sur un jeu mobile ou une application de cuisine, il reçoit un ticket qu’il doit aller voir un autre vendeur derrière un guichet pour payer. Lorsqu’il a payé, il pourra revenir vers le premier vendeur avec son ticket tamponné, preuve de son achat. C’est là que les choses deviennent encore plus absurdes.

Après s’être  assuré de la validité du ticket et du paiement, le vendeur prend le smartphone du client, le branche à son ordinateur et lui installe l’application qu’il vient d’acheter dans sa boutique. Une marche à suivre qui peut prendre du temps. L’étudiant australien explique ainsi qu’installer 10 applications lui a pris 1 heure.

Pourtant, les Nord-Coréens se pressent dans ces boutiques pour télécharger et installer diverses applications sur leur mobile; jeux, aide pour faire la cuisine, dictionnaires, etc.

Comme on peut s’en douter, ces applications sont développées et vendues uniquement par des entreprises nord-coréennes. Quelques applis de devise et de transferts d’argent sont également disponibles. Pas question de surfer sur Facebook et autres réseaux sociaux.

Le régime autoritaire du pays empêche d’ailleurs la population de se connecter à l’Internet mondial. Elle ne peut seulement se connecter à un intranet limité à la Corée du Nord. Malgré cette forme de censure, la popularité des smartphones est grandissante dans le pays.