La société Honeywell vient d’annoncer le développement d’une nouvelle génération d’enregistrer de vols, les boîtes noires. Celle-ci sera capable de communiquer leurs données en tant réel, de quoi améliorer la surveillance et de la sécurité des vols.

En cas d’incident ou de disparition d’avion, l’une des premières préoccupations des secours est de mettre la main sur les boîtes noires. Ces boîtes – qui sont en réalité de couleur orange – contiennent l’ensemble des données de vol et les enregistrements audio du cockpit. Or, ces données essentielles pour comprendre et déterminer les causes tragiques d’un accident d’avion peuvent ne jamais être récupérées si les fameuses boîtes ont été perdues ou détruites lors de l’incident.

Une absence de réponse douloureuse pour les familles des victimes et problématique pour les assurances et constructeur de l’avion. Mais les choses pourraient bientôt changer. La société Honeywell, spécialisée dans l’aérospatiale, espère mettre au point une nouvelle génération de boîtes noires qui corrigeait ce problème de communication grâce à la transmission des données de vol en temps réel.

Pour y arriver, l’entreprise compte sur une technologie de communication basée sur des satellites en basse orbite. Développées en association avec Curtiss-Wright, entreprise américaine spécialisée dans la construction de pièces d’aviation, les nouvelles boîtes noires répondront aux nouvelles exigences de l’EASA (European Aviation Safety Agency) qui seront mises en place à partir de 2021 qui imposeront l’enregistrement audio de minimum de 25 heures.

À terme, les données de vol seront conservées sur des serveurs et pourront être consultées à distance et à tout moment par les autorités compétentes. De quoi améliorer la prise en charge et la compréhension des incidents, ainsi que la localisation des appareils en cas de crash.