Fin décembre, deux des plus grands aéroports londoniens ont été fermés durant de longues heures à cause de la présence de drones volant à proximité. Afin de se protéger contre de future paralysie du genre, Londres a investi dans un système anti-drone.

L’ensemble des vols en partance et à destination de Gatwick avaient dû être annulés pendant trois jours, impactant près de 140.000 passagers et 1000 vols. Une paralysie importante causée par le survol de drones sur le territoire aérien de l’aéroport. Il aura fallu l’intervention de l’armée britannique et de son système militaire anti-drone pour se débarrasser des nuisibles et tenter de reprendre une activité normale.

Les aéroports Gatwick et Heathrow impactés par le survol de drones ont annoncé qu’ils allaient chacun investir dans leur propre système anti-drone. Un investissement qui représente plusieurs millions de livres sterling. Sans en dévoiler davantage, les deux aéroports ont assuré que la technologie qu’ils utiliseraient serait du même niveau de protection que celle apportée par l’armée britannique.

Les systèmes anti-drone reposent sur le principe de brouillage des signaux radio ce qui empêche le drone de répondre à son propriétaire. Une fois son signal brouillé, un drone n’a pas d’autre solution que de procéder à un atterrissage forcé.

Les deux incidents sont intervenus à quelques jours de Noël alors que la loi britannique interdit formellement aux drones de voler à moins d’un kilomètre des limites d’un aéroport. Après l’arrestation et la remise en liberté de deux personnes, les autorités londoniennes sont toujours à la recherche des responsables de cette paralysie aérienne.