L’aéroport de Londres-Gatwick, le deuxième plus important du Royaume-Uni est resté fermé pendant six heures dans la nuit de mercredi à jeudi. La cause : des drones volant à proximité ont été signalés.

À quelques jours de Noël, 10.000 passagers étaient impactés ce mercredi par le survol de deux drones à proximité de l’aéroport international de Gatwick. Les deux engins ont été aperçus mercredi soir alors qu’ils survolaient le site. Peu après 21h, l’aéroport a été contraint d’annuler tous les vols en partance et à destination de Gatwick.

La situation s’est débloquée vers 3h du matin mais un nouveau survol a été signalé, provoquant la mise à l’arrêt de l’aéroport pour la seconde fois vers 3h45. Tous les vols sont annulés jusqu’à nouvel ordre, le trafic aérien n’a toujours pas repris ce jeudi à 15h, heure locale. Pour plus d’information sur la reprise des vols, rendez-vous sur le site de l’aéroport.

La loi britannique précise clairement qu’il interdit de faire voler des drones à moins d’un kilomètre des limites d’un aéroport, ils doivent impérativement rester dans le champ de vision et à moins de 500 mètres de leur pilote. Les drones ne peuvent en aucun cas voler à une altitude supérieure à 400 pieds (122 mètres), ni à moins de 50 mètres de la foule, ni en agglomération ou dans un rayon de 50 mètres d’un bâtiment ou d’une personne.

Plusieurs dizaines de milliers de passagers bloqués

La Première ministre britannique Theresa May a qualifié d'”irresponsables et complètement inacceptables” ces événements et exprimé sa compassion envers les voyageurs bloqués. Si leur nombre s’élevait à 10.000 mercredi soir, il pourrait être aujourd’hui 10 fois supérieur. Un porte-parole de l’aéroport a indiqué que 760 vols de et vers Gatwick étaient programmée ce jeudi pour un total de 110.000 passagers.

Les forces de l’ordre ne peuvent ouvrir le feu sur un engin volant, craignant le risque de balle perdue. La police recherche activement les fauteurs de trouble pour qui la facture risque d’être très salée et la dinde très amère.